Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Amériques

JO-2016 : le maire de Rio s'en prend aux instances sportives du Brésil

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/08/2013

Dans un entretien télévisé, le maire de Rio de Janeiro, Eduardo Paes, fustige les instances sportives du Brésil, pays hôte des Jeux olympiques en 2016. Selon lui, le pays n'a pas de véritable politique sportive.

Alors que le Brésil et sa mégalopole Rio de Janeiro s'apprêtent à accueillir les Jeux olympiques en 2016, le maire de la ville hôte, Eduardo Paes, s'est lancé dans une violente diatribe contre les instances sportives de son pays. Dans un entretien, qui sera diffusé vendredi par la chaîne ESPN, l'homme politique a jugé "honteux" que le Brésil accueille les Jeux, car selon lui l'État n'a pas de véritable politique sportive .

"C'est une honte que le Brésil accueille les Jeux olympiques [...] Nous devons prendre soin de l'héritage des Jeux olympiques dans la ville, le gouvernement fédéral est celui qui doit mettre en place une politique sportive", a-t-il ainsi affirmé.

Interrogation sur l'avenir des insfrastructures

D'après lui, la ville de Rio bénéficiera certainement d'un "legs" en infrastructures après la compétition, mais il a précisé ne pas vraiment savoir comment et par qui seront administrés ces centres sportifs, s'ils seront gérés de manière durable ou s'ils "se convertiront en lieux où les dirigeants placent leur cousine au bar".

Très virulent contre les dirigeants des instances sportives de son pays, Eduardo Paes a également qualifié de "scandale" le fait que ces derniers soient indéfiniment reconduits dans leurs fonctions. "C'est un scandale, une honte, la manière dont les choses fonctionnent. Il est difficile d'administrer le sport au Brésil avec la qualité des dirigeants en place [...] Ils restent [en place] à vie", a-t-il protesté.

Avec dépêches

Première publication : 22/08/2013

  • BRÉSIL

    Dilma Rousseff propose des investissements et un référendum pour sortir de la crise

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Les manifestations au Brésil "cristallisent des revendications hétéroclites"

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Le Brésil a mal à son modèle économique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)