Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

CAMEROUN ANGLOPHONE: INTERNET RÉTABLI APRÈS 3 MOIS DE COUPURE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat sur les Champs-Élysées : Émotion et récupération

En savoir plus

TECH 24

Fintech : comment bancariser les exclus du système financier

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron annulent leurs déplacements après l'attaque sur les Champs-Elysées

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Embarqués avec les soldats du feu

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le pari de Theresa May : les Britanniques aux urnes pour un Brexit fort

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Orchestre symphonique de Téhéran s'ouvre à Fauré et Berlioz

En savoir plus

MODE

Madrid fashion week : les créateurs espagnols s'affirment

En savoir plus

Amériques

JO-2016 : le maire de Rio s'en prend aux instances sportives du Brésil

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/08/2013

Dans un entretien télévisé, le maire de Rio de Janeiro, Eduardo Paes, fustige les instances sportives du Brésil, pays hôte des Jeux olympiques en 2016. Selon lui, le pays n'a pas de véritable politique sportive.

Alors que le Brésil et sa mégalopole Rio de Janeiro s'apprêtent à accueillir les Jeux olympiques en 2016, le maire de la ville hôte, Eduardo Paes, s'est lancé dans une violente diatribe contre les instances sportives de son pays. Dans un entretien, qui sera diffusé vendredi par la chaîne ESPN, l'homme politique a jugé "honteux" que le Brésil accueille les Jeux, car selon lui l'État n'a pas de véritable politique sportive .

"C'est une honte que le Brésil accueille les Jeux olympiques [...] Nous devons prendre soin de l'héritage des Jeux olympiques dans la ville, le gouvernement fédéral est celui qui doit mettre en place une politique sportive", a-t-il ainsi affirmé.

Interrogation sur l'avenir des insfrastructures

D'après lui, la ville de Rio bénéficiera certainement d'un "legs" en infrastructures après la compétition, mais il a précisé ne pas vraiment savoir comment et par qui seront administrés ces centres sportifs, s'ils seront gérés de manière durable ou s'ils "se convertiront en lieux où les dirigeants placent leur cousine au bar".

Très virulent contre les dirigeants des instances sportives de son pays, Eduardo Paes a également qualifié de "scandale" le fait que ces derniers soient indéfiniment reconduits dans leurs fonctions. "C'est un scandale, une honte, la manière dont les choses fonctionnent. Il est difficile d'administrer le sport au Brésil avec la qualité des dirigeants en place [...] Ils restent [en place] à vie", a-t-il protesté.

Avec dépêches

Première publication : 22/08/2013

  • BRÉSIL

    Dilma Rousseff propose des investissements et un référendum pour sortir de la crise

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Les manifestations au Brésil "cristallisent des revendications hétéroclites"

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Le Brésil a mal à son modèle économique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)