Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Moyen-orient

Un Tamarrod palestinien s'attaque au Hamas, "l'oppresseur de Gaza"

© Capture d'écran YouTube

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 22/08/2013

Inspirés par le mouvement égyptien Tamarrod, à l'initiative des manifestations qui ont mené à la déposition de Mohamed Morsi, des Gazaouis ont créé leur propre mouvement et appelé à la mobilisation contre le Hamas, "un gang" qui opprimerait Gaza.

Le mouvement égyptien Tamarrod - rébellion en arabe -, à l’origine du renversement du président Mohamed Morsi début juillet, ne cesse de faire des émules. Après avoir gagné la Tunisie et le Bahreïn, le mouvement, né en avril au Caire, a inspiré un groupe de jeunes gens dans la bande de Gaza, qui ont récemment créé un Tamarrod palestinien.

Si sa création n’avait guère fait de vagues, son appel à un rassemblement massif et pacifique le 11 novembre prochain contre le Hamas, "un gang criminel" accusé d’oppresser les Gazaouis, fait couler beaucoup d’encre. Au point que les cadres du parti islamiste, au pouvoir depuis 2007 dans la bande côtière, ont accusé le Fatah de Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne qui administre la Cisjordanie, d’avoir lancé ce mouvement pour semer le chaos à Gaza.
 
"Nous vous affronterons avec nos poitrines nues"
 
Toujours est-il que le groupe, qui dispose d’une page Facebook "Tamarrod contre l’oppression à Gaza" suivie par plus de 38 000 abonnés, se dit affilié à aucun parti. Dans une vidéo mise en ligne sur YouTube le 19 août, quatre hommes cagoulés "affirment ne plus supporter de se taire" devant "l’injustice que fait régner le Hamas sur Gaza".
 
Le groupe dénonce avec vigueur l’oppression exercée par les "Frères", en référence au Hamas, apparenté historiquement et idéologiquement aux Frères musulmans égyptiens. Il accuse sans ambages le mouvement islamiste palestinien de s’adonner "aux meurtres, à la torture, à la corruption, aux trafics tout en semant le désordre", et ce, soulignent-ils, "au nom de la religion, de la nation et de la résistance". Partant de ce principe, Tamarrod ne veut pas "chasser" le Hamas de la bande de Gaza, mais il avertit qu’après le 11 novembre prochain - date anniversaire de la mort du leader palestinien Yasser Arafat -, le mouvement palestinien " ne gouvernera plus".
 
"Nous sommes prêts à tout sauf à utiliser les armes, parce que nous sommes différents de vous, nous ne dirigerons pas nos armes contre nos frères (…) nous vous affronterons avec nos poitrines nues", assènent-ils.
 
La nervosité du Hamas
 
Cette charge de "Tamarrod contre l’oppression à Gaza" a été prise très au sérieux par le Hamas. Selon plusieurs médias locaux et le "Los Angeles Times", les quatre individus qui apparaissent dans la vidéo postée sur YouTube ont été arrêtés le 20 août, soit le lendemain de sa mise en ligne. Un signe de la nervosité qui règne dans les rangs du mouvement islamiste.
 
Et pour cause, cette initiative intervient à un moment critique pour le Hamas, qui a essuyé un coup dur avec la chute en Égypte du président Morsi, issu des Frères musulmans. L’arrivée au pouvoir de la confrérie au Caire en juin 2012 avait été accueillie avec soulagement par les cadres du Hamas, qui entretenaient des relations très conflictuelles avec le régime d'Hosni Moubarak. Considérablement isolé dans la région et en grande difficulté financière, le mouvement islamiste palestinien a entamé une réconciliation avec son parrain militaire et financier iranien avec qui les liens étaient quasiment rompus en raison de leurs divergences de vue sur le conflit syrien.
 
Toutefois, alors même que la division politique qui est incarnée par l’existence de deux gouvernements distincts en Cisjordanie et à Gaza est dénoncée par "Tamarrod contre l’oppression à Gaza", plusieurs groupes revendiquant être le Tamarrod palestinien ont été créés depuis le mois de juillet. L’un d’entre eux gère une page Facebook qui compte plus de 20 000 abonnés. Pis, ces différents groupes n’affichent pas le même objectif, puisque certains appellent à se "rebeller" contre les deux pouvoirs, celui du Hamas et celui de l’Autorité palestinienne. La division, pire ennemie de la cause palestinienne ?
 

Première publication : 22/08/2013

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le Hamas embarrassé par le triomphe de Mohammad Assaf à "Arab Idol"

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Le Hamas interdit le marathon de Gaza aux femmes, la course annulée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)