Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Afrique

Tunisie : Ennahda se dit prêt à négocier avec le syndicat UGTT

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/08/2013

Ennahda, le parti islamiste au pouvoir en Tunisie, affirme être disposé à négocier un plan de sortie de crise sur la base d'une initiative du puissant syndicat UGTT. Ce plan comprend la mise en place d'un gouvernement de transition apolitique.

Après un mois de crise politique, Ennahda, le parti à la tête de la coalition au pouvoir en Tunisie, a annoncé jeudi 22 août, accepter de négocier avec ses détracteurs sur la base d'une initiative proposée par le puissant syndicat UGTT. Celle-ci prévoit la mise en place d'un gouvernement apolitique, une ligne rouge jusqu'à présent.

"Le mouvement Ennahda accepte la proposition du (syndicat) UGTT comme point de départ pour résoudre la crise politique dans la pays", a indiqué le chef du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, après une rencontre avec le secrétaire général de la centrale syndicale, Houcine Abassi. "Le mouvement Ennahda a accepté l'initiative de l'UGTT comme base pour le début du dialogue national", a confirmé de son côté Houcine Abassi.

Changement de gouvernement ?

L'initiative de sortie de crise formulée par l'UGTT prévoit la mise en place d'un gouvernement de technocrates en charge de préparer de nouvelles élections et le maintien de l'Assemblée nationale constituante (ANC). Les deux hommes n'ont toutefois pas dit si Ennahda acceptait dès lors un changement de gouvernement et ils n'ont pas répondu aux questions des journalistes. L'opposition a pourtant exclu tous pourparlers avec Ennahda tant que le gouvernement n'a pas démissionné pour laisser place à un cabinet de salut national.

La Tunisie est confrontée, depuis l'assassinat le 25 juillet de l'opposant Mohamed Brahmi, à sa crise la plus aiguë depuis la chute du président Ben Ali en janvier 2011.

Avec dépêches

Première publication : 22/08/2013

  • TUNISIE

    Divisions au sein d’Ennahda sur la formation d'un gouvernement apolitique

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Des milliers de manifestants anti-Ennahda pour la Journée de la femme en Tunisie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunisie : la Constituante suspendue, l'opposition veut "la chute du régime"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)