Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Affaire Karachi : Ziad Takieddine renvoyé en correctionnelle

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/08/2013

Dans le cadre de l'affaire Karachi, l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine est renvoyé en correctionnelle pour avoir menti, en affirmant sous serment n'avoir joué aucun rôle dans la conclusion d'un contrat avec le Pakistan en 1994.

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine a été renvoyé en correctionnelle pour "faux témoignage", pour avoir menti sous serment à l'un des juges instruisant l'affaire Karachi, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier, confirmant une information de Libération.

M. Takieddine avait affirmé en avril 2010 au magistrat Marc Trévidic n'avoir joué aucun rôle dans la conclusion en 1994 du contrat Agosta, portant sur la vente de sous-marins au Pakistan. L'instruction a cependant démontré le contraire, selon la juge Sabine Kheris, qui a signé le 13 août l'ordonnance de renvoi en correctionnelle de l'homme d'affaires actuellement incarcéré.

AFP

Première publication : 23/08/2013

  • AFFAIRE KARACHI

    Ziad Takieddine admet avoir financé la campagne d'Édouard Balladur

    En savoir plus

  • AFFAIRE KARACHI

    Ziad Takieddine mis en examen et placé en détention provisoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)