Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Moyen-Orient

Armes chimiques : l'opposition affirme que des échantillons ont été envoyés à l'étranger

© AFP

Dernière modification : 23/08/2013

Selon un haut responsable de la Coalition nationale syrienne, qui accuse le régime d'avoir fait usage d'armes chimiques lors de l'attaque du 21 août, des prélèvements effectués sur les victimes sont parvenus à l'étranger pour y être analysés.

Des opposants au régime syrien sont parvenus à faire sortir du pays des prélèvements effectués sur des victimes de l'attaque de la nuit du 20 au 21 août près de Damas, afin qu'ils soient analysés à l'étranger par des experts, a déclaré vendredi le secrétaire général de la Coalition nationale syrienne (CNS), Badr Djamous, auprès de l'agence Reuters à Istanbul.

L'opposition accuse le régime d'avoir fait usage d'armes chimiques lors de cette attaque et déplore la mort de plus de 1300 personnes. L'Observatoire syrien des droits de l'homme a affirmé ne pas être en mesure de déterminer s'il y avait eu une frappe chimique et a dénombré plus d'une centaine de morts dans les bombardements de cette nuit-là.

Vendredi matin déjà, des opposants avaient annoncé avoir prélevé des échantillons sur les victimes et leur intention de tenter de les faire parvenir à une équipe d'experts en armes chimiques de l'ONU présente dans la capitale syrienne.

"L'équipe de l'ONU a parlé avec nous et depuis, nous avons préparé des échantillons de cheveux, de peau et de sang et nous les convoyons à Damas grâce à des messagers de confiance", a ainsi affirmé vendredi Abou Nidal, un opposant s'exprimant d'Arbin, une ville sous contrôle rebelle.

D'autres opposants dans la région ont également dit avoir préparé des échantillons mais ajoutent qu'ils n'ont pas trouvé le moyen de pénétrer dans l'hôtel où sont logés les inspecteurs.

"Nous sommes bombardés et, en plus, la Ghouta est encerclée par les checkpoints du régime. Mais même ça ce n'est pas un problème, on peut se débrouiller pour faire sortir les échantillons", explique Abo Mohamed, du faubourg de Harasta. "Le problème, c'est la localisation de la commission de l'ONU dans l'hôtel. Ils sont sous bonne garde, surveillés par les gorilles du gouvernement."

Les Nations unies ont une équipe d'experts en armes chimiques présente depuis dimanche à Damas pour déterminer si des armes chimiques ont précédemment été utilisées dans le conflit syrien, qui a fait plus de 100.000 morts depuis 2011. Ils doivent inspecté trois sites. Les contours de leur mission ont fait l'objet d'âpres négociations entre la communauté internationale et le régime syrien

Avec dépêches

Première publication : 23/08/2013

  • SYRIE

    Selon "Le Figaro", des rebelles formés par les Américains avancent vers Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Hollande évoque un usage "probable" d'armes chimiques en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques en Syrie : "Les Occidentaux tergiversent pour éviter d'intervenir"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)