Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestation de l'opposition sénégalaise contre un projet de réforme électorale controversé

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

En savoir plus

Asie - pacifique

Un nouveau cas de viol collectif scandalise l'Inde

© AFP - Archive | Des militantes indiennes manifestent contre les abus sexuels

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/08/2013

Une photojournaliste, en reportage jeudi dans un quartier chic de Bombay, en Inde, a été violée par cinq hommes. Le journaliste qui l'accompagnait a été ligoté. La police a arrêté deux suspects et en a identifié trois autres.

Une nouvelle affaire de viol collectif bouleverse l’Inde. Une jeune photo journaliste de 23 ans, qui effectuait un reportage dans une friche industrielle située dans un quartier chic de Bombay en compagnie de l’un de ses collègues, a été violée jeudi 22 août au soir par plusieurs hommes.

Selon les médias indiens, le journaliste qui l'accompagnait a été agressé, puis immobilisé pieds et poings liés, alors que trois autres hommes entraînaient la jeune femme un peu plus loin avant d’abuser d’elle.

Elle a été admise à l’hôpital pour des blessures internes, selon des sources médicales citées par la presse. Son état est jugé stable et sa vie ne serait pas en danger.

Un premier suspect, âgé d'une vingtaine d'années, a été arrêté vendredi et un deuxième dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé à l'AFP un porte-parole de la police, Satyanarayan Choudhary, sans fournir de précisions.

Manifestations massives contre le viol en décembre

Le ministre de l’Intérieur Raosaheb Ramrao Patil s’est rendu à l’hôpital, au chevet de la jeune journaliste. "C’est un problème très grave, a-t-il déclaré à sa sortie. Les coupables seront bientôt arrêtés".

En décembre dernier, le viol d’une étudiante de 23 ans, qui avait succombé à ses blessures quelques jours après son agression, avait provoqué une vaste mobilisation populaire en Inde, pour dénoncer la fréquence des agressions sexuelles dans le pays et l’impunité dont bénéficient leurs auteurs. Les manifestants pointaient également du doigt le manque d’intérêt de la police et des hôpitaux à l’égard des victimes.

À l’époque, les commentateurs évoquaient un "tournant" pour la condition des femmes en Inde. En mars, une loi renforçant les sanctions contre les viols, le harcèlement, les attouchements, le voyeurisme et les attaques à l'acide a été adoptée par le Parlement.

Pour autant, plusieurs affaires de viols collectifs ont, depuis, défrayé la chronique. En mars, peu avant l’adoption de la nouvelle loi par le Parlement, une touriste Suisse avait été violée par six hommes alors qu’elle voyageait en compagnie de son mari dans le centre de l’Inde. En avril, la découverte d’une fillette de cinq ans dans les parties communes d’un immeuble, violemment abusée, avait de nouveau plongé le pays dans l’émoi.

Avec dépêches

Première publication : 23/08/2013

  • INDE

    Inde : les violeurs de la touriste suisse condamnés à la prison à vie

    En savoir plus

  • INDE

    Le tourisme indien pâtira-t-il des affaires d'agressions sexuelles contre les femmes ?

    En savoir plus

  • INDE

    Sous la pression de la rue, l'Inde envisage la peine de mort pour un viol collectif

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)