Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Moyen-orient

Raid israélien contre une base palestinienne au Liban

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/08/2013

Israël a mené un raid vendredi contre une base palestinienne située au Liban, en réponse aux roquettes lancées la veille sur son territoire en provenance du Liban. Ces tirs avaient pourtant été revendiqués par un groupe djihadiste.

Alors que plusieurs roquettes ont été tirées, jeudi 22 août, du sud du Liban vers le nord d'Israël, l'État hébreu a répliqué vendredi en bombardant un objectif "terroriste" à Naameh, ville située entre la capitale libanaise Beyrouth et la ville de Saïda.

"L'armée de l'air israélienne a ciblé un site terroriste situé entre Beyrouth et Saïda en réponse aux quatre roquettes lancées sur le nord d'Israël hier", a ainsi annoncé Tsahal dans un communiqué, ajoutant que "les pilotes ont dit avoir touché la cible directement". "Israël ne tolérera pas les agressions terroristes provenant du Liban", a prévenu l'armée israélienne.

Le FPLP surpris d'être pris pour cible

Il semble que la cible en question soit une base palestinienne proche du régime syrien au Liban. Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), connu pour son soutien au régime de Bachar al-Assad, a en effet affirmé qu'une de ses bases avait été attaquée dans la vallée de Naameh. Ce mouvement s'est dit surpris d'avoir été pris pour cible, les tirs de roquettes visant le nord d'Israël ayant été revendiqués par un groupe radical sunnite lié à Al-Qaïda.

"Le FPLP n'a rien à voir avec l'affaire des roquettes. Au contraire, nous estimons que le timing de ces roquettes est assez suspect, il y a des points d'interrogation", a affirmé à l'AFP un porte-parole du mouvement. "Les Israéliens tentent tout le temps de semer la dissension entre Palestiniens et Libanais", a-t-il ajouté.

Une source sécuritaire libanaise a de son côté confirmé qu'un missile était tombé près d'un réseau de tunnels utilisés par le FPLP au sud de Beyrouth.

Israël tient le Liban pour "institution responsable" des tirs de roquettes

Dans un précédent communiqué, l'armée israélienne avait tenu le Liban et l'armée libanaise "comme les institutions responsables" de l'attaque de la veille, précisant que les quatre roquettes avaient été tirées par des djihadistes.

Deux des quatre roquettes avaient frappé des zones peuplées, causant des dégâts mais pas de victimes. L'attaque a été revendiquée sur Twitter par un responsable des Brigades Abdallah Azzam, un groupe lié à Al-Qaïda qui avait déjà revendiqué des attaques similaires contre l'État hébreu en 2009 puis 2011.

Le président libanais, Michel Sleimane, a estimé que les tirs de roquettes étaient "une violation de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU et de la souveraineté libanaise". "Je demande aux services concernés d'arrêter et de présenter à la justice les auteurs de ces actes."

Israël et le Liban n'ont jamais signé la paix mais la frontière entre les deux pays est restée relativement calme depuis la guerre de 2006 entre l'État hébreu et le Hezbollah.

Avec dépêches

Première publication : 23/08/2013

  • PROCHE-ORIENT

    Plusieurs roquettes tirées du sud du Liban vers Israël

    En savoir plus

  • LIBAN

    Attentat de Beyrouth : le Hezbollah prêt à combattre les "terroristes" en Syrie

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Les Palestiniens qui fuient la Syrie ne sont plus les bienvenus au Liban

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)