Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : en Écosse, le "non" à l'indépendance donné gagnant

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

SPORT

Athlétisme : une étude censurée dévoile l’ampleur du dopage

© AFP

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 23/08/2013

Une semaine après la fin des Mondiaux de Moscou, le "New York Times" a découvert une étude qui révèle l'étendue du dopage dans le milieu de l'athlétisme. Un tiers des participants aux Mondiaux de Daegu en 2011 ont, en effet, avoué s'être dopés.

Alors que tous les yeux sont braqués sur la Jamaïque après une vague de contrôles positifs, une étude dévoilée vendredi par le "New York Times" révèle que le dopage ne concerne pas que quelques athlètes isolés.

En 2011 après avoir interrogé plus de 2000 athlètes sous couvert d’anonymat, des chercheurs, mandatés par l'agence mondiale antidopage (AMA), ont établi que les tricheurs étaient très nombreux. Selon cette enquête, 29% des sportifs questionnés lors des Mondiaux d’athlétisme de Daegu en Corée du Sud et 45% de ceux approchés lors des Jeux panarabes de Doha au Qatar ont avoué avoir utilisé des produits dopants lors des 12 derniers mois. Ces chiffres, très alarmants, sont bien supérieurs aux 2 % de résultats positifs décelés par l’agence mondiale antidopage en 2010.

Des résultats censurés

Après être arrivé à cette terrible conclusion il y a un an, les chercheurs ont  cherché, sans succès, à publier leur étude. L’agence mondiale antidopage (AMA) oppose un refus, temporaire, afin de mener des recherches supplémentaires lors d’une prochaine compétition.

"Cela allait devenir une polémique vraiment importante et ils ont eu besoin de temps pour savoir comment la gérer", a expliqué au quotidien new yorkais l’un des chercheurs, qui préfère ne pas révéler son identité pour clause de confidentialité avec l’AMA.

Début 2013, l’équipe de scientifiques obtient finalement l’autorisation de dévoiler ses recherches, mais cette fois-ci c’est la revue américaine "Science" qui refuse de publier son travail, en raison du sujet abordé. Quelques semaines plus tard, l’AMA revient également sur son feu vert et demande aux chercheurs de patienter tant que la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) n’a pas donné son avis sur les résultats.

"Personne ne veut attraper personne"

Interrogée par le "New York Times", l’IAAF estime aujourd’hui que cette étude n’est pas "complète" car elle se base sur "un protocole de science sociale et sur une sorte de micro trottoir d’opinion des athlètes". La fédération internationale annonce qu’elle va désormais comparer les travaux de 2011 avec les résultats sanguins des récents Mondiaux de Moscou pour produire une "étude plus détaillée".

Cette réponse en demi-teinte et le fait que ces chiffres n’ont jusqu’à présent jamais été révélés au public démontre finalement que les instances internationales sont très réticentes à dévoiler l’étendue du dopage. Comme le résume Dick Pound, ancien directeur de l’AMA, dans les pages du journal américain : "Personne ne veut attraper personne. Il n’y a pas d’incitation. Les pays sont embarrassés si leurs athlètes se font attraper. Et les fédérations sont embarrassées si l’un de leurs sportifs est pris en faute".

Première publication : 23/08/2013

  • DOPAGE

    Dopage : Usain Bolt et la Jamaïque privés des Jeux olympiques de Rio ?

    En savoir plus

  • DOPAGE

    Les athlètes allemands aussi dopés à l'Ouest qu'à l'Est dans les années 70

    En savoir plus

  • ETATS-UNIS

    Dopage : une taupe secoue la planète baseball et la NBA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)