Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : Washington renforce son dispositif militaire en Méditerranée

© AFP

Vidéo par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/08/2013

Après de nouvelles allégations d'utilisation d'armes chimiques en Syrie, le Pentagone a annoncé vendredi qu'il déployait des moyens militaires dans la région, au cas où Barack Obama déciderait d'une intervention armée.

Les États-Unis ont annoncé vendredi 23 août le déploiement de moyens militaires, afin de fournir des "options" à Barack Obama si le président américain ordonnait une intervention en Syrie, par le biais de son secrétaire à la Défense, Chuck Hagel.

"Le département de la Défense a la responsabilité de fournir au président toutes les options pour faire face à toutes les éventualités" a expliqué le ministre américain, se refusant à toute précision sur les moyens militaires en question.

Le ministre américain de la Défense, en route pour la Malaisie, a immédiatement ajouté que ces renforts américains ne signifiaient en rien qu'une décision d'intervention avait été prise contre le régime de Bachar al-Assad. Il a également fait état de la

Bombardements et combats dans la banlieue de Damas

nécessité pour les États-Unis de se coordonner avec ses alliés.

À Washington, un responsable américain de la Défense a affirmé à l'AFP que la Marine avait ordonné le déploiement d'un destroyer supplémentaire en Méditerranée, portant à quatre le nombre des navires équipés de missiles de croisière Tomahawk. Trois destroyers croisent habituellement dans les eaux méditerranéennes.

Les États-Unis réticents à intervenir

Le président américain s'est dit vendredi "profondément inquiet" des allégations d'utilisation à grande ampleur d'armes chimiques en Syrie, mais il a une nouvelle fois mis en garde contre toute nouvelle aventure militaire des États-Unis au Moyen-Orient.

"Nous voyons des gens qui réclament une action immédiate. (Mais) se précipiter pour faire des choses qui tourneraient mal, nous embourber dans des situations très difficiles, peut nous entraîner dans des interventions très compliquées et coûteuses qui ne feraient qu'alimenter encore le ressentiment dans la région", a argumenté Barack Obama.

Le plus haut gradé américain et principal conseiller militaire du président, le général Martin Dempsey, est lui aussi très réticent à l'idée d'une intervention américaine en Syrie car elle ne déboucherait pas, selon lui, à une situation favorable aux États-Unis.

Opposition de Moscou

De son côté, la communauté internationale a appelé l'ONU, dont des experts se trouvent en Syrie, à vérifier sur place les accusations de recours aux armes chimiques. Une haute responsable de l'organisation est d'ailleurs attendue samedi dans la capitale syrienne pour négocier les modalités de l'enquête.

Volant une nouvelle fois au secours du régime de Bachar al-Assad, son allié, la Russie a, elle, dénoncé une "provocation" des rebelles et jugé "inacceptables" "les appels de quelques capitales européennes à faire pression sur le Conseil de sécurité et à décider dès maintenant de recourir à la force".

Moscou a néanmoins appelé le régime Assad à coopérer avec les experts de l'ONU et réclamé aux rebelles de "garantir" leur accès aux lieux des attaques.

La Russie, l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, a jusqu'ici bloqué toutes les résolutions sanctionnant le régime de Damas auquel elle vend des armes et dont elle est l'un des derniers soutiens.

Avec dépêches

Première publication : 24/08/2013

  • SYRIE

    Armes chimiques : l'opposition affirme que des échantillons ont été envoyés à l'étranger

    En savoir plus

  • SYRIE

    Selon "Le Figaro", des rebelles formés par les Américains avancent vers Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Hollande évoque un usage "probable" d'armes chimiques en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)