Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • France : les présumés jihadistes français sont rentrés de Turquie

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Moyen-orient

MSF affirme que près de 3 600 victimes de gaz toxiques ont été traitées

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/08/2013

L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a affirmé samedi que près de 3 600 personnes "présentant des symptômes neurotoxiques" ont été traitées mercredi 21 août par des hôpitaux de la région de Damas. Quelque 355 d'entre eux sont morts.

Quelque 355 patients "présentant des symptômes neurotoxiques" sont morts en Syrie dans des hôpitaux aidés par Médecins sans frontières, où près de 3.600 personnes sont traitées depuis le 21 août, a affirmé samedi l'ONG dans un communiqué.

"Trois hôpitaux situés dans le gouvernorat de Damas et soutenus par Médecins Sans

L'opposition syrienne a démenti samedi le recours des rebelles à des armes chimiques et affirmé que les accusations du régime à ce sujet visaient à détourner l'attention de ses propres "crimes". L'Iran avait également pointé du doigt la rébellion syrienne.

"La Coalition nationale syrienne rejette en bloc les informations mensongères relayées par le régime d'Assad et considère qu'il s'agit d'une tentative désespérée pour détourner l'attention de ses crimes répétés et méthodiques à l'encontre des civils syriens", a-t-elle indiqué dans un communiqué

Frontières ont reçu, en moins de trois heures le mercredi matin 21 août, environ 3.600 patients présentant des symptômes neurotoxiques. 355 d'entre eux sont morts", a écrit MSF.

L'ONG est ainsi la première source indépendante à confirmer l'utilisation d'armes chimiques dans la région de Damas, évoquée depuis plusieurs jours par l'opposition syrienne, qui accuse le régime d'avoir mené une attaque de grande ampleur qui aurait fait au moins 1.300 morts mercredi.

Le régime du président syrien Bachar al-Assad nie en bloc et accuse les rebelles d'avoir utilisé des armes toxiques près de Damas.

Les équipes de MSF n'ont pas pu se rendre sur place, mais elles sont en contact avec le personnel médical de ces hôpitaux, auquel elles fournissent des médicaments, du matériel médical et un appui technique.

"Les symptômes qui nous ont été rapportés, tels que les convulsions, l'hypersalivation, les pupilles contractées, la vision trouble et la détresse respiratoire, le schéma épidémiologique de cet événement - caractérisé par l'afflux massif de patients dans un laps de temps très court, la provenance des patients et la contamination des secouristes et du personnel ayant fourni les premiers soins - suggèrent fortement l'exposition massive à un agent neurotoxique", a souligné Bart Janssens, directeur des opérations à MSF, cité dans le communiqué.

"Ceci constituerait une violation du droit international humanitaire qui interdit formellement l'utilisation d'armes chimiques et biologiques", a-t-il ajouté, sans se prononcer sur les auteurs éventuels de l'attaque.

"Les patients ont été soignés avec de l'atropine, un médicament fourni par MSF et utilisé pour traiter les symptômes neurotoxiques. MSF s'efforce maintenant de reconstituer les stocks épuisés des hôpitaux", a précisé l'ONG.
 

AFP

Première publication : 24/08/2013

  • SYRIE

    Syrie : Washington renforce son dispositif militaire en Méditerranée

    En savoir plus

  • IRAN

    Le président iranien Hassan Rohani prône le dialogue avec les Occidentaux

    En savoir plus

  • ARMEMENT

    Londres vend du matériel militaire à la Syrie et à l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)