Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'Iran évoque l'utilisation d'"agents chimiques" en Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/08/2013

L'Iran, fidèle allié de Bachar al-Assad, a reconnu samedi l'utilisation d'"agents chimiques" en Syrie, quelques jours après que des dizaines de Syriens ont été tués près de Damas. Le président iranien Rohani n'a cependant pas désigné de responsable.

Le président iranien Hassan Rohani, allié de Bachar al-Assad, a reconnu samedi 24 août pour la première fois l'utilisation d'"agents chimiques" en Syrie, quelques jours après une attaque près de Damas, qui a fait des dizaines de morts. "La situation qui domine aujourd'hui en Syrie, et la mort d'un certain nombre d'innocents provoquée par des agents chimiques sont très douloureuses", a déclaré Hassan Rohani, d’après le site du gouvernement.

Pas d’accusation

Il n'a accusé personne de l'utilisation présumée de ces armes chimiques, mais le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Araghchi, avait déclaré jeudi que, si l'information sur l'utilisation d'armes chimiques était confirmée, les rebelles en seraient responsables.

L'opposition syrienne a accusé le régime de Bachar al-Assad d'avoir attaqué mercredi à l'arme chimique des secteurs aux mains de la rébellion dans la périphérie de Damas, parlant de plus de 1 000 morts. Des allégations rejetées en bloc par le régime syrien.

L'Iran, principal soutien régional de la Syrie, met régulièrement en garde contre le renforcement des groupes extrémistes sunnites liés à Al-Qaïda dans ce pays.

"Tout faire pour empêcher l’utilisation d’armes chimiques"

La haute représentante de l'ONU pour le désarmement, Angela Kane, est arrivée samedi à Damas pour négocier les modalités d'une enquête sur des accusations d'utilisation d'armes chimiques, selon un vidéaste de l'AFP.

Angela Kane est arrivée dans un grand hôtel de le capitale sans faire de déclarations. Elle va demander au gouvernement syrien d'autoriser les experts de l'ONU déjà présents en Syrie à enquêter dans la banlieue de Damas sur ces accusations. (AFP)

 

Le chef de l’État islamique a, par ailleurs, appelé la communauté internationale à empêcher l’utilisation d’armes chimiques. "La République islamique d'Iran, qui a été victime d'armes chimiques, demande à la communauté internationale de tout faire pour empêcher l'utilisation de telles armes partout dans le monde", a ajouté Hassan Rohani. Des milliers d'Iraniens ont, en effet, été tués durant la guerre Iran-Irak (1980-88) par des armes chimiques utilisées par l'armée irakienne, notamment dans les zones civiles.

La communauté internationale souhaite que des experts de l'ONU, présents en Syrie depuis dimanche, puissent aller enquêter au plus vite sur les lieux de l'attaque de mercredi, après les allégations d'utilisation de gaz toxiques

Le président Rohani a enfin condamné "l'insécurité, les actions terroristes et le raid du régime sioniste au Liban (contre une position d'un groupe palestinien survenu vendredi, NDLR) qui montrent qu'un vaste complot a été préparé au Proche-Orient par les ennemis et dont on voit les signes au Liban, en Syrie et en Égypte".

"L'insécurité dans la région [...] profitera au régime sioniste", a-t-il ajouté. L'Iran ne reconnaît pas l'existence d'Israël. Les responsables iraniens accusent régulièrement les États-Unis et leurs alliés occidentaux et arabes de soutenir les rebelles syriens pour affaiblir le "camp de la résistance" (Iran, Syrie, Hezbollah et les groupes islamistes palestiniens) face à Israël.

Avec dépêches

Première publication : 24/08/2013

  • SYRIE

    Syrie : Washington renforce son dispositif militaire en Méditerranée

    En savoir plus

  • IRAN

    Le président iranien Hassan Rohani prône le dialogue avec les Occidentaux

    En savoir plus

  • ARMEMENT

    Londres vend du matériel militaire à la Syrie et à l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)