Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Retour chahuté du général Mokoko, candidat à la présidentielle, à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Le Maroc épargné par les terroristes mais délaissé par les touristes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

"Brexit" : être ou ne pas être dans l'UE

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Claude Lelouch : "Je travaille avec un grand scénariste qui s’appelle la vie"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Nikkei chute brutalement, pénalisé par un yen fort

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Syrie: agissons"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Agriculture: l'Europe, bouc émissaire ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cahuzac : le "paria" devant la justice

En savoir plus

Moyen-orient

Fabius : un accord de paix serait "un coup de tonnerre" pour tout le Moyen-Orient

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/08/2013

En visite à Ramallah, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a estimé qu'un succès des négociations de paix israélo-palestiniennes, qui ont repris fin juillet, serait "un coup de tonnerre en faveur de la paix" dans tout le Moyen-Orient.

Un succès des négociations israélo-palestiniennes serait "un coup de tonnerre" en faveur de la paix dans toute le Moyen-Orient. C'est en ces termes que s'est exprimé le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, samedi 24 août à Ramallah, à l'issue d'un entretien avec le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Interrompus depuis plus de trois ans, les pourparlers de paix entre Israéliens et Palestiniens ont repris fin juillet. Alors que les conflits communautaires se multiplient dans la région et que la crise syrienne n'en finit plus de déborder, la reprise du dialogue entre les deux ennemis a fait renaître un espoir de paix. Fruit d'intenses efforts déployés par le secrétaire d'État américain John Kerry, les négociations sont censées durer neuf mois.

"Même si l'on parle davantage d'autres pays voisins, du conflit dramatique en Syrie, du Liban, de l'Égypte, il demeure que la question israélo- palestinienne est une, et peut être même la question centrale de la région", a ainsi déclaré le chef de la diplomatie française.

"Dans un environnement régional particulièrement troublé, il est d'autant plus important qu'on avance ici vers la paix. Si ces négociations aboutissent, ce sera un coup de tonnerre en faveur de la paix", a-t-il insisté, jugeant qu'il s'agirait d'un "élément de stabilisation formidable".



"Notre soutien (au processus) est plus nécessaire et plus fondé que jamais, c'est le moment où il faut faire la percée vers la paix", a ajouté le ministre, en visite samedi et dimanche dans les Territoires palestiniens puis en Israël.

"Je voudrais affirmer que les Palestiniens négocient en ayant des intentions sincères (...), nous voulons négocier dans un esprit positif", a déclaré pour sa part le président Mahmoud Abbas lors d'un point-presse commun. "Nous espérons qu'il en est de même de la part des Israéliens, nous voulons créer un climat adéquat pour arrêter la colonisation qui est illégale, pour nous et pour le monde", a-t-il ajouté.

La poursuite de la colonisation reste en effet une pierre d'achoppement. Le gouvernement israélien avait annoncé mi-août, deux jours avant la reprise des discussions, la construction de plusieurs milliers de logements dans les colonies, provoquant la colère des Palestiniens.

Avec dépêches
 

Première publication : 24/08/2013

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Israël libère 26 prisonniers palestiniens, mais accélère la colonisation

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    "Abbas et Netanyahou veulent un processus de paix sans y croire"

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Tensions autour des colonies israéliennes avant la reprise des pourparlers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)