Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Syrie : Obama et Cameron examinent "de possibles réponses"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/08/2013

Alors que Damas et les rebelles s'accusent mutuellement d'avoir fait usage d'armes chimiques, le président américain et le Premier ministre britannique se sont concertés samedi sur "de possibles réponses" à donner au régime syrien.

Régime et rebelles se sont mutuellement accusés, samedi 24 août, d'avoir utilisé des armes chimiques dans le conflit en Syrie.

L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a fait état de la mort de 355 patients "présentant des symptômes neurotoxiques". "Trois hôpitaux situés dans le gouvernorat de Damas et

soutenus par Médecins sans frontières ont reçu, en moins de trois heures le mercredi matin 21 août, environ 3 600 patients présentant des symptômes neurotoxiques. 355 d'entre eux sont morts", a affirmé MSF dans un communiqué.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un réseau de sources médicales et de militants anti-régime, a, de son côté, comptabilisé plus de 300 morts par gaz toxique depuis mercredi, dont des dizaines de rebelles.

La pression de l’Occident

Devant l’urgence de la situation, l’Occident se prépare à l’éventualité d’une riposte. Washington et Londres ont convenu samedi que la Syrie avait probablement perpétré une attaque aux armes chimiques contre son peuple mercredi, et ont examiné des options militaires contre le régime syrien.

Le président des États-Unis Barack Obama a appelé samedi le Premier ministre britannique David Cameron pour discuter des "possibles réponses de la communauté internationale à l'utilisation présumée d'armes chimiques" en Syrie, a indiqué la Maison Blanche.

Ils ont exprimé "leur profonde préoccupation [...] devant des signes de plus en plus importants (indiquant) qu'une attaque significative aux armes chimiques avait été menée par le régime syrien contre son propre peuple", selon Downing Street.

Pour faire monter la pression, un responsable du département d'État a révélé samedi que le secrétaire d'État John Kerry avait exceptionnellement téléphoné, jeudi, à son homologue syrien Walid al-Moualem pour lui signifier que "si le régime syrien n'avait rien à cacher, il aurait dû autoriser un accès immédiat et sans entrave au site" de l'attaque présumée.

Mais le ministre syrien de l'Information, Omrane al-Zohbi, a démenti vigoureusement les accusations de l'opposition, affirmant que son régime n'avait "jamais utilisé d'armes chimiques".

La communauté internationale fait pression pour que les experts de l'ONU, arrivés en Syrie le 18 août pour enquêter sur d'autres allégations d'utilisation d'armes chimiques plus tôt cette année, puissent se rendre rapidement sur place.

La haute représentante de l'ONU pour le désarmement, Angela Kane, est arrivée samedi à la mi-journée à Damas pour négocier l'autorisation du régime.

Selon le ministère iranien des Affaires étrangères, le chef de la diplomatie syrienne Walid al-Moualem a assuré à son homologue iranien que son gouvernement allait coopérer avec la mission des Nations unies et lui permettre de visiter les zones où, selon lui, les rebelles ont utilisé des armes chimiques.

Le massacre chimique "ne pourra pas rester sans réaction forte"

Si les États-Unis restent prudents sur l'éventuelle utilisation d'armes chimiques par le régime, la France s'est elle montrée très affirmative.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a ainsi assuré que "toutes les informations" convergeaient pour dire que le régime était responsable de l'attaque chimique de mercredi, soulignant que "ce massacre chimique est d'une telle gravité" qu'il "ne pourra pas rester sans réaction forte".

Le président américain, sous pression pour agir, a de son côté réuni son équipe de sécurité. Alors que Barack Obama a mis en garde contre toute nouvelle opération au Moyen-Orient, les États-Unis ont annoncé le déploiement de moyens militaires dans la région permettant de fournir des "options" au président américain s'il ordonnait une intervention en Syrie.

Dans le camp opposé, après la Russie, l'autre allié du président Bachar al-Assad, l'Iran, a mis en garde contre une "intervention militaire" étrangère en Syrie, accusant lui aussi les rebelles d'avoir eu recours à des armes chimiques mercredi près de Damas.
Déclenchée par une révolte populaire en mars 2011 qui s'est militarisée face à la répression du régime, la guerre en Syrie a fait plus de 100 000 morts selon l'ONU, et poussé à la fuite des millions de réfugiés.

Avec dépêches

Première publication : 25/08/2013

  • SYRIE

    MSF affirme que près de 3 600 victimes de gaz toxiques ont été traitées

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : Washington renforce son dispositif militaire en Méditerranée

    En savoir plus

  • IRAN

    Le président iranien Hassan Rohani prône le dialogue avec les Occidentaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)