Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Carlos Tavares, PDG de PSA Peugeot Citroën

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-François Bensahel et Tarek Oubrou

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : fin des audiences de la CDVR

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts de la Fashion Week à Paris

En savoir plus

FOCUS

Italie : le phénomène Renzi

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hubert Reeves, président de "Humanité et biodiversité"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

  • Le Dalaï-lama privé de visa : le sommet des Nobel de la paix du Cap annulé

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : quinze personnes visées par des poursuites judiciaires

    En savoir plus

  • Google rattrapé par le scandale des photos volées de stars nues

    En savoir plus

  • Les députés turcs se prononcent sur une intervention contre l'EI

    En savoir plus

  • Bourse de Tokyo : un trader fait une bourde à 617 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Mondial-2015 : des footballeuses partent en guerre contre la Fifa

    En savoir plus

  • Equipe de France : Gignac et Payet retrouvent les Bleus

    En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Le chef de Boko Haram revient à la vie... pour la quatrième fois

    En savoir plus

  • Décès du père d'un journaliste harcelé par un hacker israélien

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus : la Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

Asie - pacifique

Hamid Karzaï de nouveau au Pakistan pour négocier la paix avec les Taliban

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/08/2013

Le président afghan s'est rendu lundi à Islamabad pour convaincre le nouveau gouvernement pakistanais de faire pression sur les Taliban, qui utilisent le Pakistan comme base arrière, afin d'entamer des pourparlers de paix directs.

En visite au Pakistan, pour la première fois depuis 18 mois, le président afghan Hamid Karzaï est arrivé lundi 26 août à Islamabad pour des entretiens principalement consacrés à la situation des Taliban dans son pays après le retrait des troupes de l'Otan à la fin de 2014.

Le président afghan a demandé à son voisin pakistanais, historiquement proche des taliban afghans, de l'aider à établir un dialogue direct avec les insurgés pour mettre fin à 12 ans de guerre dans son pays.

Kaboul accuse régulièrement Islamabad de déstabiliser son pays en soutenant les rebelles talibans en lutte contre les fragiles forces nationales afghanes et leurs alliés de l'Otan.

Lors d'un point de presse avec le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, vainqueur des législatives de mai, Hamid Karzaï a indiqué souhaiter que le Pakistan "soutienne le processus de paix afghan et offre des opportunités ou une plateforme pour des pourparlers entre le Haut Conseil afghan pour la paix (HCP) et le mouvement taliban".

Le HCP est un organe gouvernemental créé par Hamid Karzaï pour faire venir les Talibans à la table des négociations. Plusieurs de ses membres accompagnaient le président afghan lundi à Islamabad. "Le Pakistan va continuer de faciliter, par tous les moyens possibles, les efforts de la communauté internationale pour la réalisation de cet objectif noble... Nous pensons que cela est impératif pour mettre fin au conflit et à l'instabilité" dans la région, a répondu Nawaz Sharif, qui a aussi plaidé pour une plus grande interaction entre les économies des deux pays.

Le président afghan ne devait initialement rester que quelques heures au Pakistan et repartir dans l'après-midi à Kaboul. Mais après ses premiers entretiens, le président afghan, l'un des hommes les plus menacés du monde et qui ne sort de son palais fortifié de Kaboul que pour des visites occasionnelles dans son pays ou à l'étranger, a finalement décidé de prolonger la visite, peut-être un signe de bonne entente avec Nawaz Sharif. "Il a prolongé son séjour et passera la nuit à Murree" où il s'entretiendra à nouveau avec le Premier ministre pakistanais mardi, a précisé un autre responsable gouvernemental pakistanais sous couvert de l'anonymat.

Les taliban afghans, au pouvoir à Kaboul de 1996 à 2001, ont fait preuve d'ouverture au cours des derniers mois sur des pourparlers de paix, et même affirmé qu'ils n'aspiraient plus à "monopoliser" le pouvoir après le retrait de la grande majorité des 87 000 soldats de l'Otan prévu d'ici à la fin de l'année prochaine.

Mais les insurgés refusent de s'engager dans des pourparlers directs avec Hamid Karzaï, qu'ils accusent d'être une marionnette des États-Unis, de surcroît à l'approche de son départ de la tête de l'État, le président ne pouvant briguer, selon la Constitution, un troisième mandat lors de la présidentielle d'avril prochain.

"Préparez-vous au statu quo"

Le HCP avait indiqué avant cette visite à Islamabad qu'il allait demander au Pakistan la libération du plus important Taliban afghan écroué dans les geôles pakistanaises, le mollah Abdul Ghani Baradar, ex-bras droit du mollah Omar, le chef suprême des Taliban.

Car si Islamabad est historiquement proche des Taliban, il est aussi, depuis 2001, officiellement allié à leurs puissants ennemis américains, et a, à ce titre, arrêté de nombreux rebelles afghans réfugiés sur son territoire.

À la demande de Kaboul, le Pakistan a déjà libéré 26 Taliban afghans. Les responsables afghans estiment que ces libérations permettent de montrer leur bonne volonté aux insurgés et espèrent que ces ex-détenus convaincront la direction des Taliban de se joindre aux pourparlers de paix.

Mais de nombreux analystes jugent que ces libérations n'ont aucun impact sur le processus de réconciliation afghan, car des Taliban libérés seraient retournés sur le terrain de combat et qu'Islamabad n'a pas rendu leur liberté aux prisonniers considérés comme les plus influents, tels le mollah Baradar.

Karzaï "veut son propre canal de communication avec les insurgés, qui soit indépendant des États-Unis", estime Borhan Osman, membre du Réseau des analystes d'Afghanistan. "Les tentatives de se tourner vers le Pakistan ne sont pas nouvelles, mais des initiatives similaires avaient échoué par le passé", ajoute-t-il.

Le grand quotidien pakistanais "Dawn" n'a pronostiqué lundi aucune avancée dans les discussions car le contexte n'est pas favorable avec la fin du mandat de Karzaï, l'arrivée d'un nouveau gouvernement à Islamabad, qui doit encore établir ses marques avec l'Afghanistan, et le changement, cet automne, du chef de l'armée pakistanaise, l'institution la plus puissante du pays."Préparez-vous au statu quo", résumait le journal.

Avec dépêches

Première publication : 26/08/2013

  • AFGHANISTAN

    Obama convainc Karzaï sur le bureau politique des Taliban au Qatar

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Échec d'une attaque des Taliban sur le palais présidentiel à Kaboul

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Hamid Karzaï invite le mollah Omar à se présenter à la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)