Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

Le petit-fils du défunt dictateur nord-coréen Kim Jong-il vient étudier en France

© Capture d'écran du Figaro

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/08/2013

Kim Han-sol, le petit-fils de Kim Jong-il et le neveu de l'actuel dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, fera sa rentrée scolaire en septembre en France. Admis à Science-Po au Havre, le jeune étudiant n'a jamais rencontré ni son grand-père, ni son oncle.

Il débutera en septembre ses études au pays des droits de l’Homme. Âgé de 18 ans, Kim Han-sol, le petit-fils du dictateur défunt Kim Jong-il, fera sa rentrée sur le campus de Science-Po au Havre, dans le nord-ouest de la France. Oreilles percées, lunettes de hipster, "le jeune Kim Han-sol a plus l’air du fils spirituel de Psy - célèbre auteur du  'Gangnam Style', que du petit-fils d’un des plus redoutables dictateurs que le monde ait connu", écrit "Le Figaro".

Le jeun homme, né à Pyongyang en 1995, n’est pas le fils de l’actuel dirigeant le la Corée du Nord, Kim Jong-un, mais son neveu. Son père n’est autre que Kim Jong-nam, l’un des trois fils de Kim Jong-il, tombé en disgrâce en 2001 après avoir tenté d’entrer au Japon avec de faux passeports pour se rendre à Disneyland. 

"Je n’étais même pas sûr que Kim Jong-il savait que j’existais"

Pour le reste, rien de vraiment croustillant. Le jeune étudiant n’a jamais rencontré ni son grand-père ni son oncle. Il n’a vécu que deux ans sur le sol nord-coréen avant que sa famille ne parte s’installer dans la ville méridionale chinoise de Macao. Il est cependant retourné à de nombreuses reprises, en vacances, à Pyongyang, dans l’espoir de rencontrer Kim Jong-il avant que ce dernier ne décède. En vain. "Je n’étais même pas sûr qu’il [Kim Jong-il] savait que j’existais", avait-il confié en 2012 à l'ancienne sous-secrétaire générale des Nations unies Elisabeth Rehn qui l’interviewait pour la télévision finlandaise

En 2011, Kim Han-sol est parti étudier au United College World de Mostar, en Bosnie-Herzégovine, où il s'est lié d’amitié avec un étudiant libyen. Il a notamment déclaré avoir suivi "avec intérêt" la chute de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi. "Surtout la révolution... Quand ça a eu lieu, mon colocataire était vraiment enthousiaste et me racontait de nombreuses histoires. Il me disait ce qu'il avait fait pendant la révolution. Il est rentré chez lui et a retrouvé une autre Libye, le processus de transition de la nouvelle Libye. C'était vraiment intéressant", raconte le jeune Nord-Coréen, selon des propos rapportés par "Le Monde".

Rebelle par rapport à la ligne dure du régime, Kim Han-sol avait également confié à Elisabeth Rehn qu'il rêvait d’une réunification entre les deux Corée et de revenir dans son pays natal pour essayer d’améliorer la situation des habitants.

L'interview en 2012 de KIm Han Sol


 

Première publication : 27/08/2013

  • CORÉE DU NORD

    L’horreur des camps nord-coréens dans le viseur de l’ONU

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Pyongyang consent aux retrouvailles des familles séparées par la guerre

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Guerre de Corée : Pyongyang célèbre les 60 ans de l'armistice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)