Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

Afrique

Tunisie : le gouvernement accuse Ansar Al-Charia des meurtres d'opposants

© AFP PHOTO / SALAH HABIBI | Manifestation anti-gouvernementale le 24 août 2013

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/11/2013

Le mouvement salafiste Ansar Al-Charia serait responsable des assassinats des opposants Mohamed Brahmi en juillet et Chokri Belaïd en février, selon les déclarations du Premier ministre tunisien, l'islamiste Ali Larayedh.

En réponse aux vastes manifestations contre le gouvernement qui ont éclaté au lendemain de l'assassinat du député d'opposition Mohamed Brahmi, le Premier ministre tunisien, l'islamiste Ali Larayedh, a déclaré, ce mardi 27 août, que le principal mouvement salafiste djihadiste du pays, Ansar Al-Charia, est responsable de ce meurtre, ainsi que celui de l'opposant Chokri Belaïd, en février.

"Cette organisation est impliquée dans les opérations terroristes commises en Tunisie, a précisé le Premier ministre. Elle est responsable d'un réseau de stockage d'armes, elle est responsable de la planification d'assassinats, d'attaques contre des postes des forces de sécurité, de l'armée", a-t-il assuré, indiquant se baser sur des preuves et des "aveux de suspects".

Lié à Al-Qaïda

Ce groupe est également accusé par le gouvernement d'être derrière la cellule liée à Al-Qaïda, active depuis des mois au Mont Chaambi, à la frontière avec l'Algérie, où ne quinzaine de militaires y ont été tués.

Jusqu'à présent, le gouvernement tunisien refusait de qualifier le mouvement salafiste d'organisation terroriste et l'opposition accusait dès lors Ennahda, au pouvoir, de laxisme vis-à-vis de ce groupe dirigé par un vétéran d'Al-Qaïda en Afghanistan, le Tunisien Abou Iyadh. Ce dernier a toujours démenti toute participation à des actions armées en Tunisie, mais avait menacé le gouvernement de "guerre".

Avec dépêches

Première publication : 27/08/2013

  • TUNISIE

    Qui est le salafiste français suspecté du meurtre de Mohamed Brahmi ?

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Meurtre de Chokri Belaïd : la mouvance salafiste pointée du doigt par Tunis

    En savoir plus

  • Basma Khalfaoui Belaïd, veuve de Chokri Belaïd, opposant tunisien assassiné

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)