Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Amériques

Incident avec la Bolivie : le chef de la diplomatie brésilienne remercié

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2013

La présidente brésilienne Dilma Rousseff a remercié Antonio Patriota, son ministre des Affaires étrangères, après la fuite d'un opposant bolivien Roger Pinto Molino, réfugié jusqu'à présent à l'ambassade du Brésil à La Paz.

Le ministre des Affaires étrangères brésilien Antonio Patriota a été remercié lundi par la présidente Dilma Rousseff après un incident diplomatique provoqué par la fuite d'un opposant bolivien qui était réfugié à l'ambassade du Brésil à La Paz.

"La présidente Dilma Rousseff a accepté la démission du ministre Patriota, qui sera remplacé par Luiz Alberto Figueiredo, actuel représentant du Brésil à l'ONU", a déclaré une porte-parole du gouvernement à l'AFP.

Mme Rousseff a "remercié" M. Patriota, 59 ans, "pour son engagement depuis plus de deux ans dans ses fonctions et annoncé sa nomination à la Mission du Brésil auprès de l'ONU", a indiqué la présidence dans un communiqué.

Cette annonce a été faite à la suite d'une réunion lundi soir entre M. Patriota et la présidente Dilma Rousseff.

Selon le site d'information G1, Mme Rousseff a été "contrariée" par le fait qu'elle-même et son ministre n'auraient appris la fuite de l'opposant bolivien Roger Pinto Molina qu'une fois ce dernier arrivé sur le territoire brésilien.

Un diplomate brésilien accrédité en Bolivie a reconnu lundi avoir organisé, pour des raisons humanitaires, la fuite du sénateur Pinto, réfugié dans la représentation diplomatique brésilienne de La Paz depuis 455 jours, ce qui a déclenché la désapprobation de la Bolivie.

"J'ai choisi la vie. J'ai choisi de protéger une personne, un persécuté politique", a déclaré ce diplomate, Eduardo Saboia à la chaîne brésilienne TV Globo, au lendemain de l'arrivée de Roger Pinto à Brasilia. Le diplomate a assuré avoir agi de son propre chef.

Le sénateur bolivien, qui restait bloqué dans la représentation brésilienne faute de sauf-conduit accordé par la Paz, a quitté la capitale bolivienne à bord d'un véhicule de l'ambassade, escorté par une autre voiture avec à son bord des militaires brésiliens.

Au terme d'un voyage de 1.600 kilomètres le mini-cortège a gagné la ville frontalière brésilienne de Corumba (Etat du Mato Grosso do Sul, ouest), où l'opposant a ensuite pris un vol pour Brasilia, a expliqué le diplomate.

"Il existait un risque imminent pour la vie et la dignité du sénateur", a encore justifié M. Saboia, expliquant que la santé et le moral de l'opposant s'étaient sérieusement détériorés ces dernières semaines.

Arrivé lundi à Brasilia, le diplomate a indiqué avoir été rappelé par son ministère de tutelle pour s'expliquer.

A La Paz, le ministre des Affaires étrangères David Choquehuanca a exprimé la "profonde préoccupation" de son pays face à cette "violation des mécanismes de coopération" des deux pays qui marque selon lui un "mauvais précédent".

"Le sénateur Pinto ne pouvait sortir du pays sans sauf-conduit sous aucun prétexte", a-t-il fustigé.

Dimanche soir, la ministre de la Communication Amanda Davila avait simplement demandé "des informations" aux autorités brésiliennes, tout en assurant que cette affaire "n'affectait pas les relations" entre les deux pays.

Le sénateur du parti Convergence Nationale (CN, droite) s'était réfugié le 28 mai 2012 à l'ambassade du Brésil à La Paz, où il avait déposé une demande d'asile après s'être plaint de "persécutions" politiques du gouvernement, dont il accuse plusieurs proches d'être liés à des trafiquants de drogue.

M. Pinto affirmait alors faire l'objet de "20 procès" pour divers motifs paralysant selon lui ses activités politiques. Il avait même été condamné par la justice à un an de prison pour détournements de fonds alors qu'il était gouverneur de la province de Pando (nord).

M. Patriota avait été nommé à la tête de la diplomatie brésilienne au début du mandat de Dilma Rousseff en 2010. Il avait auparavant été ambassadeur du Brésil à Washington, entre 2007 et 2009.

Son successeur, Luiz Alberto Figuerido Machado, âgé de 58 ans, a intégré le ministère des Affaires étrangères en 1980. Il a représenté le Brésil à plusieurs réunions internationales sur le changement climatique. Il a notamment dirigé les négociations du Sommet Rio+20 sur le développement durable en juin 2012.

Première publication : 27/08/2013

  • Le Brésil est-il prêt pour assurer la sécurité des grands événements ?

    En savoir plus

  • VATICAN

    Le pape François : "qui suis-je pour juger les gays qui cherchent le Seigneur ?"

    En savoir plus

  • JMJ

    À Copacabana, le pape François a-t-il fait mieux que les Rolling Stones ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)