Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

Martin Luther King a "offert le salut aux opprimés comme aux oppresseurs"

© AFP | Statue de Martin Luther King érigée à Washington

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/08/2013

En point d’orgue de la semaine de commémorations de la "marche sur Washington" pour l’égalité raciale, Barack Obama a rendu hommage à Martin Luther King, 50 ans après son célèbre "I have a dream", ode à la justice entre les communautés.

Barack Obama a prononcé mercredi 28 août un vibrant hommage à Martin Luther King sur les marches du "Lincoln Memorial", l’endroit même où ce fervent militant de la cause noire avait clamé son discours historique "I have a dream" le 28 août 1963.

Il y a 50 ans jour pour jour, le pasteur baptiste noir-américain, originaire d’Atlanta, prêchait devant une foule de 250 000 personnes son "rêve" de voir les communautés noire et blanche vivre "main dans la main" aux États-Unis. Ses mots, hymne à la paix, à l’égalité et à la liberté, ont été gravés sur les marches du monumental "Lincoln Memorial".

Sur RFI : De l'esclavage à la lutte pour les droits civiques
Cliquez sur l'image pour ouvrir le dossier
 
Martin Luther King a "offert le salut aux opprimés comme aux oppresseurs", a déclaré mercredi le premier président noir des États-Unis Barack Obama. "Ses mots sont éternels, possèdent un pouvoir et un caractère prophétique sans équivalent à notre époque", a-t-il ajouté, rendant également hommage aux "inconnus qui avaient lutté pendant des années et avec persistance pour les droits civiques".

Nécessité d’une "constante vigilance"
            
Grâce à lui et à ses compagnons, "les conseils municipaux ont changé, les Parlements des États ont changé, le Congrès a changé, et oui, en fin de compte, la Maison Blanche a changé", a encore déclaré Barack Obama. "Leurs sacrifices n’ont pas été vains", a-t-il ajouté, affirmant que Martin Luther King avait sauvé l’Amérique de l’oppression.
             
Pour autant, le chef de l’État a appelé à éviter la "complaisance", et à observer "une constante vigilance" pour que les rêves de l’icône des droits de l’Homme pour l’égalité restent dans les esprits. "Nous déshonorerions ce héros en affirmant que le travail est terminé. L’arc d’un univers moral peut tendre vers la justice, mais il ne le fait pas tout seul."
 
Aux États-Unis, en effet, la communauté noire reste particulièrement touchée par la pauvreté et le chômage. Le taux d'inactivité des populations noires s’élève à 12 % aujourd’hui, soit pratiquement le double du reste de la population.
 
Le discours de Barack Obama est venu clore une semaine d’hommages à la lutte de Martin Luther King. Des dizaines de milliers de personnes ont notamment participé samedi aux commémorations de la "marche sur Washington", lors desquelles le fils de King et la mère de Trayvon Martin, le jeune Noir abattu en février 2012 en Floride, se sont exprimés. "Le travail n'est pas fini, le voyage n'est pas terminé!", avait lancé Martin Luther King III.

             
Avec dépêches

 

Première publication : 28/08/2013

COMMENTAIRE(S)