Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

SPORT

Judo : Majlinda Kelmendi décroche le premier titre mondial du Kosovo

© AFP

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 28/08/2013

En décrochant l'or aux Mondiaux de judo à Rio, la Kosovare Majlinda Kelmendi est entrée dans l'histoire. Après avoir été interdite de représenter son pays lors des JO 2012, elle est devenue la première sportive du Kosovo à remporter un titre mondial.

Majlinda Kelmendi en une du principal quotidien kosovar "Koha Ditore"
© www.koha.net/

Sur le tatami du Maracanazinho Arena de Rio, Majlinda Kelmendi n’a pas pu cacher son émotion. À la fin de son combat victorieux mardi 27 août en finale des moins de 52 kg, la judokate s’est effondrée dans les bras de son adversaire brésilienne Erika Miranda. À 22 ans, la Kosovar est entrée dans l’histoire de son sport et surtout de son pays. Pour la première fois dans un championnat du monde, une athlète de ce petit État des Balkans est montée sur la plus haute marche du podium.

"Je suis vraiment heureuse de ce que j’ai réalisé" a confié Majlinda Kelmendi au site Insidethegames après avoir reçu sa médaille d’or, "cela représente beaucoup d’émotions et je suis très fière de mon résultat".

Ce titre a bien entendu été salué par les médias kosovars qui ont largement consacré leur une à cet événement, mais aussi par des personnalités du pays. Sur son compte Twitter, le ministre des Sports Memli Krasniqi n’a pas manqué de féliciter la nouvelle héroïne nationale : "Cette victoire est spectaculaire ! Il s’agit d’un moment historique pour le sport kosovar !"

La victoire de Majlinda Kelmendi lors des championnats du monde de judo

Une bataille contre les instances internationales

La reconnaissance internationale du Kosovo

En juillet 2013, le Kosovo avait été formellement reconnu par 99 États, représentant l’essentiel des grandes démocraties (dont 22 des 27 États membres de l’Union européenne et tous les membres du G7).

Le Kosovo est membre du FMI, de la Banque mondiale, de la BERD et de la Banque de développement du Conseil de l’Europe, mais il ne fait pas partie de l'Organisation des Nations unies (ONU). Pour le devenir, l'entité doit obtenir le soutien de 9 membres du Conseil de sécurité sur les 15, en comprenant l'avis favorable des 5 membres permanents, puis obtenir à l'Assemblée générale un avis positif à la majorité des deux tiers (des 193 membres).

Cette première médaille d’or pour le Kosovo est d’autant plus importante que la judokate a dû batailler pendant des années pour obtenir le droit de porter sur son kimono le nom de cet ancien État de l’ex-Yougoslavie qui s’est déclaré indépendant en 2008.

Il y a un an, Majlinda Kelmendi, originaire de Pecs, dans le nord-ouest du Kosovo, n’avait pas pu représenter son pays aux Jeux olympiques 2012, organisés à Londres. Malgré ses demandes répétées, le Comité international olympique (CIO) n’avait pas voulu reconnaître le Kosovo comme un État indépendant. Sur les tatamis londoniens, la combattante avait ainsi dû porter les couleurs de l’Albanie, pays pour lequel elle avait déjà remporté en 2009 le titre de championne du monde junior.

"Elle a reçu une bourse olympique de l’Albanie. Elle dispose d’un passeport albanais et le Comité national olympique de ce pays est prêt à la sélectionner pour les JO", s’était ainsi justifié en mai 2012 le président du CIO Jacques Rogge auprès de la BBC.

Ces explications n’avaient pas vraiment convaincu l’athlète qui avait dénoncé de son côté des raisons "politiques".  "Il y a beaucoup de pays qui ne soutiennent pas le Kosovo", avait-elle expliqué à la BBC en faisant référence à la Serbie, soupçonné alors d'exercer des pressions sur le CIO. "Malheureusement, le Kosovo est un petit pays qui n’est pas encore assez fort politiquement pour influencer certaines choses", avait-elle ajouté.

"On peut y arriver"

Malgré ces aléas diplomatiques, la sportive, dont le pays est en revanche reconnu par la Fédération internationale de judo depuis avril 2012, n’a jamais cessé de progresser. Après s’être inclinée en huitième de finales à Londres, elle a remporté cette saison le Master, qui réunit les 12 meilleurs compétiteurs mondiaux, puis le bronze lors des Championnats d’Europe.

À chacun de ces exploits, Majlinda Kelmendi ne manque pas de rendre hommage à son entraîneur Driton Kuka. Pour la championne, ses médailles reviennent pour moitié à son coach, ancien judoka, qui avait manqué les JO de Barcelone en 1992 après s’être engagé dans l’armée de libération du Kosovo. À eux deux, ils comptent bien continuer à enchaîner les podiums et surtout à montrer à leurs concitoyens que "tout est possible".

"Si on veut quelque chose, il faut se battre et on peut y arriver. Le Kosovo est un tout petit pays, très pauvre, où il y a encore des enfants qui ne mangent pas à leur faim", a ainsi insisté après son titre mondial, Majlinda Kelmendi, devenue désormais le symbole de tout un peuple.

Le combat de Majlinda Kelmendi pour que le Kosovo soit reconnu par le CIO

 

Première publication : 28/08/2013

  • JUDO

    Mondiaux de judo : Priscilla Gneto, chercheuse d'or à Rio

    En savoir plus

  • MONDIAUX DE JUDO

    Teddy Riner : "On a la meilleure équipe du monde"

    En savoir plus

  • JUDO

    Teddy Riner sacré champion d'Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)