Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Moyen-orient

"Nous avons des moyens de défense qui vont surprendre", affirme Damas

© AFP | Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/08/2013

Face à l'escalade diplomatique des derniers jours et à l'imminence d'une intervention étrangère en Syrie, Damas fait savoir qu'elle ne manquera pas de riposter à toute intervention. Elle évoque "des moyens de défense qui vont surprendre".

Alors qu'une intervention occidentale en Syrie semble imminente, Damas n'a pas tardé à prévenir qu'elle riposterait.

"A Damas, la population est assez résignée."

Mardi 27 août, le ministre des Affaires étrangères syrien Walid Mouallem a prévenu que son pays se défendrait contre toute frappe militaire. Il a souligné que la Syrie disposait de moyens de défense très importants.

"S'en prendre à la Syrie n'est pas une mince affaire. Nous avons des moyens de défense qui vont surprendre les autres",  a ainsi affirmé le chef de la diplomatie syrienne lors d'une conférence de presse à Damas.

"Nous avons deux options: soit nous rendre, soit nous défendre avec les moyens dont nous disposons. La seconde est la meilleure: nous nous défendrons", a-t-il ajouté sans donner davantage de précisions.

Apporter des preuves de l'usage d'armes chimiques

Brahimi évoque l'usage d'une "substance" qui a fait des centaines de morts

L'envoyé spécial de la Ligue arabe et de l'ONU, Lakhdar Brahimi, a déploré, mercredi 28 août, l'usage d'une "substance" lors de l'attaque du 21 août en Syrie.

"Il semble qu'une sorte de substance ait été utilisée tuant beaucoup de personnes, sans aucun doute plus de 100, certains parlent de 300, certains parlent de 600, peut-être 1 000, peut-être plus de 1 000", a-t-il déclaré, lors d'une conférence de presse à Genève.

L'envoyé spécial a également déclaré qu'un feu vert du Conseil de sécurité de l'ONU était nécessaire pour intervenir en Syrie.

Avec AFP

Alors que se précise la possibilité d'une frappe étrangère contre le régime en réaction aux attaques chimiques présumées, Walid Mouallem a par ailleurs fustigé ceux qui veulent attaquer son pays sans apporter, selon lui, la moindre preuve sur le recours de telles armes.

"Nous entendons les tambours de la guerre autour de nous. S'ils veulent mener une agression contre la Syrie, je pense qu'utiliser l'alibi des armes chimiques n'est pas exact du tout. Je les mets au défi de montrer ce qu'ils ont comme preuves", a-t-il souligné.

"Les forces armées syriennes ne peuvent pas détruire les traces d'armes chimiques car celles-ci se trouvent dans des régions sous contrôle des groupes armés", a-t-il également ajouté en référence aux rebelles.

L'intervention américaine "servira les intérêts d'Israël et du Front al-Nosra"

Le ministre a en outre prévenu qu'une telle attaque n'affecterait pas la campagne militaire menée par Damas contre les rebelles, depuis deux ans, notamment dans la Ghouta orientale.

Londres présentera une résolution à l'ONU

Le Royaume-Uni a rédigé un projet de résolution qu'il présentera mercredi 28 août au Conseil de sécurité des Nations unies, a indiqué le Premier ministre britannique, David Cameron. Le texte condamne l'attaque chimique menée par le régime syrien et autorise la mise en place de moyens nécessaires à la protection des civils.

"S'ils pensent pouvoir ainsi empêcher la victoire de nos forces armées, ils se trompent", a-t-il souligné.

Pour lui, une intervention militaire internationale ne servirait que les intérêts d'Israël et d'Al-Qaïda. "L'effort de guerre mené par les États-Unis et leurs alliés servira les intérêts d'Israël et en deuxième lieu, le Front al-Nosra", groupe djihadiste combattant avec les rebelles syriens et qui a prêté allégeance à Al-Qaïda, a-t-il estimé.

L'armée syrienne qui mène une vaste offensive dans la région de Damas pour en déloger les rebelles, avait mené de violents bombardements le 21 août sur les régions de la Ghouta orientale (est de Damas) et Mouadamiyat al-Cham (sud-ouest). L'opposition puis les pays occidentaux l'ont accusée d'avoir eu recours à des armes chimiques qui ont tué des centaines de personnes.

Avec dépêches


Première publication : 28/08/2013

  • SYRIE

    Armes chimiques : pour Biden, la responsabilité de Damas ne fait "aucun doute"

    En savoir plus

  • SYRIE - ANALYSE

    Syrie : l'intervention militaire ira-t-elle jusqu'à Assad ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour Moscou, une intervention militaire en Syrie serait "catastrophique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)