Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

France : la loi anti-djihad de Cazeneuve

En savoir plus

FOCUS

L'essor d'un bouddhisme radical

En savoir plus

REPORTERS

Dans l'enfer des prisons secrètes de la CIA

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dice Kayek illumine la semaine de la haute couture à Paris

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Montebourg veut s'attaquer aux professions réglementées

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La guerre spectacle" au Proche-Orient

En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Dans l'enfer des prisons secrètes de la CIA

    En savoir plus

  • Bagdad accuse les forces kurdes de la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : l’Allemand Andre Greipel remporte la 6e étape à Reims

    En savoir plus

Moyen-orient

Intervention en Syrie : Londres souhaite attendre le rapport des experts de l’ONU

© Archive AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/08/2013

Le Conseil de sécurité n'est pas parvenu à adopter le projet de résolution britannique sur une intervention en Syrie, faute de consensus. Londres a néanmoins affirmé qu’aucune action ne serait menée avant la publication du rapport des enquêteurs.

Réunis à New York mercredi, les ambassadeurs des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité ne sont pas parvenus à s’accorder sur le projet de résolution britannique relatif à une intervention militaire en Syrie, suite à l’attaque chimique du 21 août que les Occidentaux attribuent au régime syrien. La Grande-Bretagne a néanmoins marqué le pas en assurant qu'aucune action armée n'aurait lieu avant la publication des résultats de l'enquête des inspecteurs de l'ONU, présents sur les lieux du drame depuis mercredi.

Principaux évènements et déclarations de la journée.

• Les autorités britanniques ont rendu publique une motion dans laquelle elles déclarent que "le Conseil de sécurité des Nations unies doit avoir la possibilité d'examiner [le compte-rendu que doivent fournir les enquêteurs de l’ONU en Syrie] et de s'assurer que tous les efforts ont été faits pour obtenir une résolution soutenant une action militaire avant qu'une telle action soit prise". Cette motion doit être débattue par les parlementaires britanniques lors d'une session prévue jeudi.

Selon le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, les experts ont besoin de quatre jours pour achever leur mission, avant de procéder à des analyses et de présenter leur rapport.

• Lors des consultations à huis clos organisées entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine), les ambassadeurs russe et chinois ont quitté la salle au bout d'une heure et quart. Les représentants des trois autres pays sont restés un peu plus longtemps mais sont sortis sans faire de déclaration.

• Le chef de la diplomatie britannique, William Hague, a déclaré s'attendre à voir se poursuivre les discussions à l'ONU "ces prochains jours". Si, à ses yeux, l’adoption de la résolution semble "improbable", il prône cependant une action sans "trop tarder", même si le texte est rejeté.

• En France, à la suite d'un conseil de défense, Paris a annoncé la convocation du Parlement français en session extraordinaire le 4 septembre. "Nous avons fait l'analyse de la situation des différentes hypothèses sur le plan diplomatique bien sûr, et sur le plan de la défense", a indiqué le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, à la sortie de cette réunion à laquelle participaient notamment le Premier ministre, le ministre de la Défense et celui de l'Intérieur, le chef d'état-major des armées et le directeur général de la sécurité extérieure.

• Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, a fait savoir que l'usage d'armes chimiques était "inacceptable" et "ne [pouvait] pas rester sans réponse".

"Les informations disponibles, issues d'un grand nombre de sources, désignent le régime syrien comme responsable de l'utilisation d'armes chimiques" lors des attaques survenues près de Damas le 21 août, a-t-il poursuivi, en marge d’une réunion à Bruxelles des ambassadeurs de l'Alliance atlantique, en assurant que "les responsables devront rendre des comptes".

"Dans les rues de Damas, rien n’a changé"

• De son côté, le régime de Damas a prévenu que la Syrie serait "le cimetière des envahisseurs".

Selon des habitants de la capitale ainsi que des sources proches de l’opposition, les forces gouvernementales syriennes ont évacué la plupart des centres de commandement et des bâtiments militaires du centre de la ville.

• Le roi Abdallah II de Jordanie et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ont appelé à une solution "globale" en Syrie, alors que plusieurs pays occidentaux semblent sur le point de lancer une action militaire contre Damas. "Le roi et Abbas ont discuté de la crise syrienne, et appellent à une solution globale à la crise, qui mettrait fin aux souffrances du peuple syrien", indique un communiqué publié par le palais à Amman.



Avec dépêches

Première publication : 28/08/2013

  • PROCHE-ORIENT

    Intervention en Syrie : Israël s'attend à des représailles

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques : un coup de fil entre militaires syriens intercepté par Washington

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Nous avons des moyens de défense qui vont surprendre", affirme Damas

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)