Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Barack Obama n'a pas encore pris la décision d'intervenir ou non en Syrie

© AFP

Vidéo par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/08/2013

Après un nouveau blocage à l'ONU, le président des États-Unis dit n'avoir "pas encore pris de décision" sur une éventuelle intervention en Syrie, malgré la conviction de Washington que Damas est responsable de l'attaque chimique du 21 août.

Barack Obama semble vouloir temporiser sur le dossier syrien après l'escalade diplomatique des derniers jours. S'exprimant au lendemain d'une réunion du Conseil de sécurité qui s'est une nouvelle fois soldée par un blocage diplomatique, le président américain a affirmé ne pas avoir pris de décision sur une éventuelle intervention en Syrie.

Dans un entretien à la télévision publique PBS, Barack Obama a toutefois écarté un "engagement direct militaire" de son pays dans la guerre civile syrienne et a précisé que si d'éventuelles frappes étaient finalement décidées, elles seraient "limitées" et se résumeraient à un "coup de semonce" destiné à convaincre le président syrien Bachar al-Assad de ne pas mener d'assaut aux armes chimiques. "Si nous envoyons un coup de semonce pour dire 'arrêtez', nous pouvons avoir un impact positif sur notre sécurité nationale à long terme", a ainsi argumenté le président.

Washington est certain que le régime de Bachar al-Assad est responsable de l'attaque chimique du 21 août. Selon le magazine "Foreign Policy", la conviction américaine se base sur des conversations téléphoniques interceptées entre un responsable du ministère syrien de la Défense et le chef de l'unité des armes chimiques.

"Je n'ai pas encore pris de décision", affirme Barack Obama

Londres souhaite attendre le rapport des experts de l'ONU

De son côté, Londres a également fait un pas en arrière mercredi 28 août en estimant que le Conseil de sécurité de l'ONU devant avoir la possibilité d'examiner les résultats de l'enquête des inspecteurs dépêchés à Damas avant de se prononcer sur une action militaire. Cette reculade des Britanniques, auparavant en faveur d'une action rapide, s'explique notamment par la pression subie par le Premier ministre David Cameron face à l'opposition travailliste et à des membres du Parti conservateur, qui sont réticents à s'engager dans l'immédiat dans une intervention.

La nouvelle ligne britannique éloigne d'autant plus la perspective d'une participation à une intervention militaire que Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, a estimé mercredi qu'il faudrait encore quatre jours aux experts pour mener à bien leurs travaux sur place. Ces derniers ont mené mercredi leur deuxième visite sur l'un des sites attaqués et effectué des prélèvements sanguins, d'urine et de cheveux auprès de victimes.

En Syrie, face aux menaces occidentales, l'armée a commencé à se repositionner ces dernières 48 heures, notamment à Damas, Homs et Hama, avec "des dizaines de sièges de commandement militaire et de commandement de brigades évacués pour se replacer ailleurs", selon une ONG syrienne.

Avec dépêches

Première publication : 29/08/2013

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Intervention en Syrie : Londres souhaite attendre le rapport des experts de l’ONU

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Intervention en Syrie : Israël s'attend à des représailles

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques : un coup de fil entre militaires syriens intercepté par Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)