Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Moyen-orient

Barack Obama n'a pas encore pris la décision d'intervenir ou non en Syrie

© AFP

Vidéo par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/08/2013

Après un nouveau blocage à l'ONU, le président des États-Unis dit n'avoir "pas encore pris de décision" sur une éventuelle intervention en Syrie, malgré la conviction de Washington que Damas est responsable de l'attaque chimique du 21 août.

Barack Obama semble vouloir temporiser sur le dossier syrien après l'escalade diplomatique des derniers jours. S'exprimant au lendemain d'une réunion du Conseil de sécurité qui s'est une nouvelle fois soldée par un blocage diplomatique, le président américain a affirmé ne pas avoir pris de décision sur une éventuelle intervention en Syrie.

Dans un entretien à la télévision publique PBS, Barack Obama a toutefois écarté un "engagement direct militaire" de son pays dans la guerre civile syrienne et a précisé que si d'éventuelles frappes étaient finalement décidées, elles seraient "limitées" et se résumeraient à un "coup de semonce" destiné à convaincre le président syrien Bachar al-Assad de ne pas mener d'assaut aux armes chimiques. "Si nous envoyons un coup de semonce pour dire 'arrêtez', nous pouvons avoir un impact positif sur notre sécurité nationale à long terme", a ainsi argumenté le président.

Washington est certain que le régime de Bachar al-Assad est responsable de l'attaque chimique du 21 août. Selon le magazine "Foreign Policy", la conviction américaine se base sur des conversations téléphoniques interceptées entre un responsable du ministère syrien de la Défense et le chef de l'unité des armes chimiques.

"Je n'ai pas encore pris de décision", affirme Barack Obama

Londres souhaite attendre le rapport des experts de l'ONU

De son côté, Londres a également fait un pas en arrière mercredi 28 août en estimant que le Conseil de sécurité de l'ONU devant avoir la possibilité d'examiner les résultats de l'enquête des inspecteurs dépêchés à Damas avant de se prononcer sur une action militaire. Cette reculade des Britanniques, auparavant en faveur d'une action rapide, s'explique notamment par la pression subie par le Premier ministre David Cameron face à l'opposition travailliste et à des membres du Parti conservateur, qui sont réticents à s'engager dans l'immédiat dans une intervention.

La nouvelle ligne britannique éloigne d'autant plus la perspective d'une participation à une intervention militaire que Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, a estimé mercredi qu'il faudrait encore quatre jours aux experts pour mener à bien leurs travaux sur place. Ces derniers ont mené mercredi leur deuxième visite sur l'un des sites attaqués et effectué des prélèvements sanguins, d'urine et de cheveux auprès de victimes.

En Syrie, face aux menaces occidentales, l'armée a commencé à se repositionner ces dernières 48 heures, notamment à Damas, Homs et Hama, avec "des dizaines de sièges de commandement militaire et de commandement de brigades évacués pour se replacer ailleurs", selon une ONG syrienne.

Avec dépêches

Première publication : 29/08/2013

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Intervention en Syrie : Londres souhaite attendre le rapport des experts de l’ONU

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Intervention en Syrie : Israël s'attend à des représailles

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques : un coup de fil entre militaires syriens intercepté par Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)