Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

Moyen-orient

Le chef de l'opposition syrienne veut qu'Assad soit traduit devant la CPI

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/08/2013

Interrogé par le quotidien "Le Parisien", le président de la Coalition nationale syrienne Ahmad Jarba estime que Bachar al-Assad doit être traduit devant la Cour pénale internationale. L'opposant doit rencontrer François Hollande ce jeudi.

Les Occidentaux doivent frapper le régime de Bachar al-Assad et le traduire devant la Cour pénale internationale, déclare au Parisien le président de la Coalition de l'opposition syrienne Ahmad Jarba, qui doit rencontrer François Hollande jeudi matin.

Interrogé sur ce qu'il allait dire au président français, M. Jarba répond dans cet entretien au Parisien/Aujourd'hui en France : "Bachar le chimique a massacré notre peuple le 21 août. Il ne doit pas échapper aux sanctions qu'il mérite".

Alors qu'on lui demande de préciser les sanctions en questions, il déclare: "qu'il soit frappé et que ce régime disparaisse". Le dirigeant syrien est devenu "une infection ou un microbe pour la région", estime le responsable de l'opposition.

"Ce monsieur et sa famille doivent comparaître à La Haye, être jugés devant la Cour pénale internationale", ajoute-t-il.

Il explique que l'opposition syrienne attend des occidentaux "une frappe punitive contre le régime" puis "un soutien politique et militaire de l'Armée syrienne libre".

"Car le régime d'Assad dispose, lui, du soutien total de la Russie, du Hezbollah et de l'Iran. Nous manquons de tout. Nos alliés ne nous ont rien donné de ce que nous demandons", déplore M. Jarba.

Le chef de la Coalition récuse l'importance accordée à la présence d'extrémistes islamistes dans les rangs de l'opposition. "Nous ne voulons pas nous débarrasser d'Assad pour nous retrouver avec Al-Qaïda", affirme-t-il. "Ces extrémistes sont manipulés par le régime qui veut effrayer le monde".

"S'il y a une intervention, le régime ne survivra pas longtemps", assure encore M. Jarba. "L'essentiel est de prendre une décision courageuse. Nous avons besoin de nos amis, qu'ils ne se contentent pas de paroles. On ne doute pas de leur sincérité, mais cela fait deux ans que l'on attend et qu'ils n'ont rien fait pour nous", assène-t-il.

M. Jarba doit s'entretenir à 10H00 à l'Elysée avec M. Hollande alors qu'une intervention occidentale contre le régime Assad semble probable à court terme après une attaque à l'arme chimique qui aurait fait plusieurs centaines de morts près de Damas.

"La France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents"
en Syrie, a prévenu le président français qui a réuni mercredi autour de lui un Conseil de défense et a multiplié ces derniers jours les contacts téléphoniques avec ses homologues européens et américain.

AFP

Première publication : 29/08/2013

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Intervention en Syrie : Londres souhaite attendre le rapport des experts de l’ONU

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Intervention en Syrie : Israël s'attend à des représailles

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques : un coup de fil entre militaires syriens intercepté par Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)