Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de se servir du drame de Sivens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le choc de simplification ne doit pas être contredit par un choc de complexification"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Ouagadougou en pleine crise, Jérusalem sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Gaz russe : un accord enfin trouvé entre la Russie, l'Ukraine et l'UE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Journée insurrectionnelle au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : quelle transition possible ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

Moyen-orient

Reportage à Damas : "Comment peuvent-ils frapper une ville aussi peuplée ?"

© FRANCE 24

Vidéo par Antoine MARIOTTI , Patrick HERMANSEN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/08/2013

Entre scepticisme et fatalisme, les Damascènes attendent le début d'éventuelles frappes menées par les États-Unis et leurs alliés. Mais dans les rues de Damas, la vie se poursuit sans que rien ne laisse présager d'une intervention occidentale.

À Damas, comme un signe des temps, pour la deuxième nuit consécutive, le ministère syrien de la Défense a été plongé dans le noir  comme pour disparaître, pour qu’on ne le voit pas du ciel. Cette anecdote, rapportée par l’envoyé spécial de FRANCE 24 Antoine Mariotti, jeudi 29 août, constitue le peu d’éléments visibles de la préparation de l’État syrien à une intervention aérienne des États-Unis et de leurs alliés.

Le ministère de la Défense, comme la plupart des centres militaires, est situé au centre-ville, au milieu de la population, explique Antoine Mariotti. "C’est ce qui fait penser aux habitants que les frappes ne toucheront pas forcément le centre de Damas", poursuit le journaliste.

"Pas de préparatifs visibles ici, à Damas"

Les Damascènes sont en effet sceptiques sur la possibilité d’une intervention militaire étrangère. "Les bombardements sont impossibles parce qu'il y a énormément de monde à Damas. Comment peuvent-ils frapper une ville aussi peuplée ? Si leur but est humanitaire, pourquoi est-ce qu'ils veulent nous tirer dessus ? C'est nous qui allons perdre la vie, s'ils frappent c'est nous qui allons en payer le prix", s’insurge une femme devant la caméra de FRANCE 24 lors d'une interview réalisée dans la rue, sous la surveillance du régime.

"Je n'y crois pas parce que les Américains ne vont pas répéter les mêmes erreurs qu'ils ont commis en Irak. Et il ne faut pas oublier que la Syrie, c'est autre chose que l'Irak", renchérit un homme.

Les experts de l'ONU quitteront la Syrie d'ici samedi matin

L'équipe d'experts en armes chimiques de l'ONU repartira de Syrie d'ici samedi matin, a annoncé jeudi à Vienne le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

"La Syrie sera leur tombeau"

Apparemment donc, la vie se poursuit à Damas. "Les gens se baladent, en amoureux, font leurs courses. Une vie normale continue, même si les rues sont un peu moins pleines. Seules quelques femmes avouent aujourd’hui avoir peur des bombardements. Tous les hommes disent être fiers de leur régime, ne pas avoir peur, et attendre de pied ferme ces frappes américaines", rapporte Antoine Mariotti.

Il n’y a donc pas de préparatifs visibles à une éventuelle intervention occidentale. Des barrages et des checkpoints sont toujours installés à chaque coin de rue, comme à l’ordinaire. "On entend des officiers nous dire, sous couvert d’anonymat, que l’armée aurait changé ses positions et évacué des positions militaires, à travers des camions civils réquisitionnés. Mais avec un régime aussi secret et à la veille de frappes aériennes, il est impossible pour nous de vérifier ces informations", explique l’envoyé spécial de FRANCE 24.

Le discours des autorités, tel le ministre de la Justice avec lequel Antoine Mariotti s’est entretenu, est celui-ci : "Nous sommes prêts, s’ils veulent nous attaquer, c’est injustifié, mais nous sommes prêts, et la Syrie sera leur cimetière". Un point de vue relayé par cet homme, interrogé dans la rue : "Les citoyens syriens ont confiance dans leur armée et leur gouvernement. Si n'importe quelle armée a envie de venir chez nous, qu'elle vienne ! Mais la Syrie sera son tombeau".

Première publication : 29/08/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama n'a pas encore pris la décision d'intervenir ou non en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Nous avons des moyens de défense qui vont surprendre", affirme Damas

    En savoir plus

  • SYRIE - REPORTAGE

    Dans les rues de Damas, on ne croit pas à une intervention américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)