Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

Asie - pacifique

Le médecin qui a aidé à débusquer Ben Laden rejugé pour trahison au Pakistan

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/08/2013

Après l'annulation de sa condamnation en première instance, le médecin qui a aidé la CIA à débusquer Ben Laden en 2011 est rejugé à partir de jeudi par la justice pakistanaise. L'homme avait mené une fausse campagne de vaccination à Abbottabad.

La justice pakistanaise rejuge, à partir de jeudi 29 août, Shakeel Afridi, le médecin qui a aidé la CIA à débusquer Ben Laden dans le nord du Pakistan en 2011. L’homme avait été condamné pour "trahison" en première instance à 33 ans de prison par un tribunal tribal avant que cette décision soit annulée par le directeur de l'administration de Peshawar.

Selon un responsable gouvernemental, la justice a estimé qu'il n'avait pas eu la chance de se défendre convenablement lors du premier procès.

L’accusé est jugé pour avoir mené une fausse campagne de vaccination à Abbottabad, la ville où se terrait le chef d'Al-Qaïda avec ses femmes et ses enfants. Cette fausse campagne, organisée par la CIA, aurait permis de prélever l’ADN de la famille de Ben Laden et ainsi de convaincre le renseignement américain de la présence du terroriste dans cette ville située à une centaine de kilomètres seulement au nord de la capitale Islamabad.

Malgré l’annulation de sa précédente condamnation, M. Afridi n’a pas été remis en liberté, ont précisé des avocats impliqués dans ce dossier.

Shakeel Afridi avait été arrêté par les services de renseignement pakistanais peu après le raid fatal à Oussama Ben Laden, le 2 mai 2011.

Dans les zones tribales du nord-ouest du pays, qui constituent un repaire de Taliban et autres groupes islamistes armés proche d'Al-Qaïda, la méfiance à l'égard des campagnes de vaccination a décuplé depuis l'affaire Afridi. Pire, plus d'une vingtaine de personnes travaillant pour des campagnes anti-polio ont été tuées depuis un peu plus d'un an dans le pays.

Avec dépêches

Première publication : 29/08/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Des souvenirs de la maison de Ben Laden au musée de la CIA

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Traque de Ben Laden : un rapport pointe l'incompétence du Pakistan

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Vidéo : "J'ai tué Ben Laden", le récit du soldat américain qui a exécuté l'ennemi public n°1

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)