Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Au Lesotho, l’armée dément avoir mené un coup d’État

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Golan : les combats continuent entre les jihadistes et les casques bleus

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

Moyen-orient

Les députés syriens invitent Londres à ne pas emprunter "le sentier de la guerre"

© news.sky.com

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/08/2013

Le président de l'Assemblée syrienne a adressé une lettre ouverte aux parlementaires britanniques dans laquelle il leur demande de ne pas intervenir contre le régime de Damas. Les députés doivent voter jeudi une motion gouvernementale sur la Syrie.

Alors qu'une éventuelle intervention militaire en Syrie divise la classe politique au Royaume-Uni, le président de l’Assemblée nationale syrienne, Mohammad Jihad al-Laham, a adressé, jeudi 29 août, une lettre ouverte aux parlementaires britanniques pour les appeler à ne pas emprunter "le sentier de la guerre".

Dans ce document, visible sur le site de la chaîne britannique Skynews, il tente de dissuader les députés en rappelant au Royaume-Uni de précédents conflits. "Avant que vous ne vous lanciez dans la guerre, ne serait-il pas plus sage de faire une pause ? Souvenez-vous les milliers de soldats britanniques qui ont été tués ou blessés en Afghanistan et en Irak", explique le président de l'Assemblée dans sa lettre tout en invitant les parlementaires britanniques à venir à Damas pour vérifier les conclusions de l’enquête des inspecteurs de l’ONU.

Mohammad Jihad al-Laham affirme également que la Syrie et le Royaume-Uni ne doivent pas s’affronter mais au contraire lutter ensemble : "En attaquant et en affaiblissant des cibles et des institutions syriennes, vous ne feriez que renforcer notre ennemi commun Al-Qaïda et ses alliés".

Cameron dans l’attente

L’envoi de cette lettre intervient alors que le Premier ministre britannique, David Cameron, a dû revenir sur son intention de soutenir une intervention militaire immédiate en Syrie. Le chef du gouvernement a été contraint par l’opposition travailliste d’attendre le rapport des inspecteurs de l’ONU avant toute décision sur une intervention militaire.

Les députés britanniques doivent ainsi voter ce jeudi une motion gouvernementale édulcorée sur la Syrie. Ce texte, présenté par David Cameron, condamne "l’usage d’armes chimiques en Syrie le 21 août 2013 par le régime Assad" et convient "qu’une réponse humanitaire forte est requise de la part de la communauté internationale, impliquant si nécessaire une action militaire qui soit légale, proportionnée et destinée à sauver des vies en empêchant tout usage futur d’armes chimiques en Syrie".

Mais le chef de l’opposition travailliste, Ed Miliband, n’a toujours pas appelé ses députés à voter en faveur de cette motion. Tout en exigeant des preuves convaincantes sur la responsabilité du régime syrien dans les attaques chimiques, il a ainsi déclaré qu’on "ne peut pas demander à la Chambre des communes de signer un chèque en blanc au Premier ministre pour son intervention militaire".

Selon un dernier sondage publié dans le quotidien anglais "Times", le soutien de la population britannique à une intervention militaire en Syrie est de plus en plus faible. Il est passé de 25 % mardi à 22 % mercredi.

Première publication : 29/08/2013

  • SYRIE

    François Hollande : "Tout doit être fait pour une solution politique" en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le chef de l'opposition syrienne veut qu'Assad soit traduit devant la CPI

    En savoir plus

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Intervention en Syrie : Londres souhaite attendre le rapport des experts de l’ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)