Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Moyen-orient

Les députés syriens invitent Londres à ne pas emprunter "le sentier de la guerre"

© news.sky.com

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/08/2013

Le président de l'Assemblée syrienne a adressé une lettre ouverte aux parlementaires britanniques dans laquelle il leur demande de ne pas intervenir contre le régime de Damas. Les députés doivent voter jeudi une motion gouvernementale sur la Syrie.

Alors qu'une éventuelle intervention militaire en Syrie divise la classe politique au Royaume-Uni, le président de l’Assemblée nationale syrienne, Mohammad Jihad al-Laham, a adressé, jeudi 29 août, une lettre ouverte aux parlementaires britanniques pour les appeler à ne pas emprunter "le sentier de la guerre".

Dans ce document, visible sur le site de la chaîne britannique Skynews, il tente de dissuader les députés en rappelant au Royaume-Uni de précédents conflits. "Avant que vous ne vous lanciez dans la guerre, ne serait-il pas plus sage de faire une pause ? Souvenez-vous les milliers de soldats britanniques qui ont été tués ou blessés en Afghanistan et en Irak", explique le président de l'Assemblée dans sa lettre tout en invitant les parlementaires britanniques à venir à Damas pour vérifier les conclusions de l’enquête des inspecteurs de l’ONU.

Mohammad Jihad al-Laham affirme également que la Syrie et le Royaume-Uni ne doivent pas s’affronter mais au contraire lutter ensemble : "En attaquant et en affaiblissant des cibles et des institutions syriennes, vous ne feriez que renforcer notre ennemi commun Al-Qaïda et ses alliés".

Cameron dans l’attente

L’envoi de cette lettre intervient alors que le Premier ministre britannique, David Cameron, a dû revenir sur son intention de soutenir une intervention militaire immédiate en Syrie. Le chef du gouvernement a été contraint par l’opposition travailliste d’attendre le rapport des inspecteurs de l’ONU avant toute décision sur une intervention militaire.

Les députés britanniques doivent ainsi voter ce jeudi une motion gouvernementale édulcorée sur la Syrie. Ce texte, présenté par David Cameron, condamne "l’usage d’armes chimiques en Syrie le 21 août 2013 par le régime Assad" et convient "qu’une réponse humanitaire forte est requise de la part de la communauté internationale, impliquant si nécessaire une action militaire qui soit légale, proportionnée et destinée à sauver des vies en empêchant tout usage futur d’armes chimiques en Syrie".

Mais le chef de l’opposition travailliste, Ed Miliband, n’a toujours pas appelé ses députés à voter en faveur de cette motion. Tout en exigeant des preuves convaincantes sur la responsabilité du régime syrien dans les attaques chimiques, il a ainsi déclaré qu’on "ne peut pas demander à la Chambre des communes de signer un chèque en blanc au Premier ministre pour son intervention militaire".

Selon un dernier sondage publié dans le quotidien anglais "Times", le soutien de la population britannique à une intervention militaire en Syrie est de plus en plus faible. Il est passé de 25 % mardi à 22 % mercredi.

Première publication : 29/08/2013

  • SYRIE

    François Hollande : "Tout doit être fait pour une solution politique" en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le chef de l'opposition syrienne veut qu'Assad soit traduit devant la CPI

    En savoir plus

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Intervention en Syrie : Londres souhaite attendre le rapport des experts de l’ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)