Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Moyen-orient

L'ambassadeur de Syrie au Liban : "Attendez les conclusions de l'ONU"

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2013

Dans un entretien accordé à FRANCE 24, Ali Abdelkarim Ali, ambassadeur syrien à Beyrouth, affirme que les enquêteurs de l'ONU "révèleront bientôt l'implication directe de groupes terroristes" dans l'attaque chimique du 21 août.

La Syrie tente de gagner du temps. Vendredi 30 août, le gouvernement syrien a "refusé tout rapport partiel" qui pourra être fait immédiatement après la fin de la mission des inspecteurs de l'ONU, qui enquêtent en Syrie sur un éventuel recours à des armes chimiques, selon la télévision officielle.

Ces analyses vont nécessiter des semaines de travail, avait précisé l'ONU et les inspecteurs ont prévu de rentrer samedi à New York. Le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, a cependant exigé que "la mission enquête également dans les endroits où des soldats syriens ont été exposés à des gaz toxiques", dont Damas assure qu'ils ont été employés par les rebelles.

Le patron des Nations unies Ban Ki-moon a quant à lui assuré "que les inspecteurs reviendraient pour poursuivre leur mission".

Alors que la mission des enquêteurs de l'ONU en Syrie doit s'achever samedi, les tergiversations occidentales semblent repousser temporairement une action militaire contre le régime de Bachar al-Assad. Ali Abdelkarim Ali, l'ambassadeur syrien au Liban, a reçu Matthieu Mabin, grand reporter à FRANCE 24, pour évoquer ces sujets.

Interrogé sur l'attaque aux armes chimiques en Syrie que les puissances occidentales imputent au gouvernement syrien, l'ambassadeur se veut catégorique : "Attendez les conclusions des enquêteurs de l'ONU qui se sont rendus à Khan al-Assal, par exemple, l’un des sites frappés par les armes chimiques. Ces enquêteurs s'y sont rendus à l'invitation et à la demande du gouvernement syrien, et de personne d’autre. Vous verrez que leurs conclusions révèleront bientôt l'implication directe de groupes terroristes hostiles à notre régime."

"Une insulte au peuple syrien et à sa dignité"

Et le diplomate d'ajouter : "le gouvernement syrien n'a aucun intérêt à utiliser des armes chimiques contre son propre peuple, comprenez-le bien. Par ailleurs, nous n'avons jamais prétendu ne serait-ce que posséder ces armes, que les choses soient bien claires. Nous sommes totalement hostiles à l'utilisation d'armes chimiques contre quiconque, y compris contre ces groupes terroristes, et cela pour une raison simple : ces terroristes se dissimulent parmi les nôtres, parmi la population syrienne."

Quant à l'hypothèse du départ de Bachar al-Assad, "ce n'est ni plus ni moins qu'une insulte au peuple syrien et à sa dignité, lance Ali Abdelkarim Ali. Tout le monde sait que le peuple syrien soutient majoritairement son régime. Tout le peuple syrien est derrière Bachar al-Assad. Les chiffres que nous possédons lui donnent environ 70 % d'opinions favorables en Syrie."

Première publication : 30/08/2013

  • SYRIE

    Les députés britanniques s'opposent à une intervention armée en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le chef de l'opposition syrienne veut qu'Assad soit traduit devant la CPI

    En savoir plus

  • SYRIE

    Reportage à Damas : "Comment peuvent-ils frapper une ville aussi peuplée ?"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)