Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Armes chimiques en Syrie : ce que révèle le rapport des renseignements américains

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2013

Retour sur les principaux points du rapport des renseignements américains qui accuse officiellement le régime de Bachar al-Assad d’être responsable de l’attaque aux armes chimiques survenue le 21 août près de Damas.

Quelque 1 429 morts, dont 426 enfants. C’est le bilan provisoire que dresse Washington de l’attaque aux armes chimiques perpétrée le 21 août dans la banlieue de Damas, en Syrie.

Dans un rapport de quatre pages, rendu public vendredi 30 août, les services de renseignements américains indiquent "avec une forte certitude" que le régime de Bachar al-Assad est responsable du carnage.

Dans un souci de sécurité, les méthodes employées et les sources impliquées y sont exposées de façon évasive. Voici un résumé des points principaux du rapport :

  • Preuves des préparatifs de l’attaque

Images satellitaires, interceptions électroniques, sources humaines… trois jours avant l’attaque, les renseignements avaient accumulé diverses preuves que des préparatifs étaient en cours. "Les équipes syriennes responsables des armes chimiques, y compris des membres que nous pensons être associés au Centre de recherche et d’études scientifiques syriennes, étaient en train de préparer des munitions chimiques avant l’attaque", annonce le rapport.

Certains d’entre eux se trouvaient dans la banlieue d’Adra du 18 au 21 août, "près d’une zone utilisée par le régime pour mélanger des armes chimiques, y compris du gaz sarin".

  • Images de tirs visant les quartiers rebelles

Le jour J, de nouvelles images satellitaires montrent des tirs de roquette et d’artillerie en provenance de quartiers contrôlés par le régime. Leur cible : plusieurs zones acquises aux rebelles de Damas. Quatre-vingt-dix minutes après leur lancement, les premières mentions d’une attaque chimique apparaissaient sur les réseaux sociaux. Il est alors 02h30 du matin heure locale, précise le rapport.

Selon les experts américains, le flot de messages, témoignages, photos et autres vidéos échangés dès lors a peu de chances d’avoir été falsifié par les rebelles. Cent vidéos ont même été authentifiées, "la plupart montrant un grand nombre de corps portant des marques physiques cohérentes avec - mais pas forcément causées par - une exposition à un agent neurotoxique", souligne-t-on, toutefois.

  • Communications interceptées

Sans préciser leur nature, les renseignements affirment détenir "des informations montrant que les personnels chargés des armes chimiques ont reçu l’ordre de cesser leurs opérations" dès l’après-midi ayant suivi l’attaque.

Autre signe que le régime a volontairement fait marche-arrière : les communications d’un haut responsable "intimement au courant de l’offensive" révèlent que celui-ci craignait que les inspecteurs de l’ONU, actuellement sur place, obtiennent des preuves concrètes de l’implication de Damas dans l’attaque.

Damas
Carte (en anglais) des zones touchées par l'attaque à l'arme chimique du 21 août, selon les renseignements américains. © (The White House)

Avec dépêches
 

Première publication : 30/08/2013

  • SYRIE

    Intervention en Syrie : les États-Unis invoquent le devoir d'agir

    En savoir plus

  • SYRIE

    Un reportage de la BBC montre l'horreur en Syrie

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Syrie : Cameron "humilié" par le non du Parlement, selon la presse anglaise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)