Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

FRANCE

L'ex-ambassadeur Boris Boillon interpellé avec 350 000 euros en liquide

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2013

L’ex-ambassadeur de France en Tunisie et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Boris Boillon, a été interpellé le 31 juillet à la gare du Nord, à Paris, en possession de 350 000 euros et 40 000 dollars en liquide, révèle Médiapart.

Mouammar Kadhafi l’appelait ”mon fils” et Nicolas Sarkozy “mon petit arabe”. Après une carrière de diplomate, Boris Boillon, est maintenant reconverti dans les affaires. Le 31 juillet, l’ex-ambassadeur de France en Irak puis en Tunisie et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, a été interpellé gare du Nord, à Paris, en possession de 350 000 euros et 40 000 dollars en liquide, révèle Médiapart vendredi 30 août. Il s’apprêtait à prendre un train pour la Belgique.

Interrogé par les douaniers, Boris Boillon avait indiqué ne pas transporter de devises. La loi interdit le transfert dans un autre pays de l’Union européenne de sommes supérieures à 10 000 euros sans déclaration préalable, rappelle le site d’informations. Médiapart publie une copie de la "quittance de consignation des sommes en liquide transportées par Boris Boillon". L'ancien diplomate transportait ainsi : 100 billets de 50 euros, 3 190 billets de 100 euros, 50 billets de 200 euros et 32 billets de 500 euros.

Un salaire de 500 000 euros par an en tant que consultant

Une enquête a été confiée au Service national de douane judiciaire suite à l’interpellation, indique l’agence Reuters, confirmant une information de Médiapart. Au cours de son audition, Boris Boillon a expliqué "gagner 500 000 euros par an", précise le site d’information, et assuré que l’argent transporté ce jour-là était le résultat de rémunérations pour ses activités de consultant : "Il s’agit de sommes que j’ai touchées cette année dans le cadre de mes activités en Irak qui correspondent aux prestations que j'effectue avec des sociétés irakiennes." Pour se justifier de transporter une telle somme en liquide, Boris Boillon a assuré qu’"en l’absence de système bancaire développé en Irak, ces entreprises [m’]ont réglé à Paris en numéraire".

Résidant en Belgique, l’ex-diplomate possède des bureaux à Paris. Aux douaniers, il a expliqué avoir “oublié [ses] documents d’identité en Belgique". "Je suis venu ce matin à Paris, juste pour la journée parce que justement je n’étais pas à l’aise avec cet argent qui était stocké en partie dans mon bureau et une autre partie dans une mallette qui était enterrée à côté de ma cave, et je voulais régulariser la chose au plus vite.”

 

Première publication : 30/08/2013

  • Diplomatie : Boris Boillon, un ambassadeur pas très diplomate

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)