Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

Moyen-orient

Intervention en Syrie : les États-Unis invoquent le devoir d'agir

© AFP

Vidéo par Philippe GASSOT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2013

Convaincu que l'attaque chimique perpétrée le 21 août près de Damas était de la responsabilité du régime Al-Assad, Barack Obama a affirmé qu’il réfléchissait à une action limitée en Syrie, tout en indiquant n'avoir pris aucune "décision finale".

Le président des États-Unis s’est voulu ferme, vendredi 30 août, face au régime de Bachar al-Assad responsable, selon le renseignement américain, de l'attaque aux armes chimiques ayant fait au moins 1 429 morts, dont 426 enfants, le 21 août. Lors d’une déclaration à la presse, Barack Obama a ainsi invoqué le devoir d’agir des États-Unis, les "leaders du monde", et a affirmé réfléchir à une action militaire "limitée".

"Pas d’action militaire comprenant des soldats au sol"

"Cette attaque menace nos intérêts de sécurité nationale", a-t-il déclaré, mentionnant également le danger que les armes chimiques représentent pour les alliés américains "dans la région, comme Israël, la Turquie et la Jordanie". Selon un rapport du renseignement américain diffusé par la Maison Blanche et assurant s'appuyer sur de "multiples" sources, le gouvernement de Bachar al-Assad a eu recours à des gaz neurotoxiques lors de l’attaque du 21 août, dont il est "hautement improbable" qu'elle ait été perpétrée par les rebelles.

Si le chef de l'État américain a expliqué qu'il n'avait pas "pris de décision finale sur les actions qui pourraient être entreprises pour aider à faire respecter ces règles", il a indiqué que "quoi qu'il arrive" les États-Unis n'envisageaient pas une "action militaire comprenant des soldats au sol et une longue campagne". 

"Il faut agir mais personne ne veut agir"

"Je vous assure que personne n'est plus lassé de la guerre que moi, mais ce que je crois aussi c'est qu'une partie de nos obligations en tant que leader du monde est de faire en sorte que quand on a un régime qui veut utiliser des armes qui sont interdites par les normes internationales sur [...] des gens, y compris des enfants, il soit tenu d'en répondre", a déclaré Barack Obama.

"Beaucoup de gens pensent qu'il faut faire quelque chose à propos de la Syrie mais personne ne veut le faire", a-t-il encore clamé, au lendemain du rejet par les députés britanniques d’une intervention militaire immédiate. Barack Obama a par ailleurs condamné l'"impuissance" dans le dossier syrien du Conseil de sécurité de l'ONU, où la Russie, alliée indéfectible de Damas, a bloqué toute initiative.

Plus tôt dans la journée, John Kerry avait également plaidé pour une action militaire limitée dans le pays, estimant que l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien était un "crime contre l'humanité" qui ne devait pas rester impuni.

Avec dépêches


Première publication : 30/08/2013

  • SYRIE

    Hollande : le retrait britannique ne change rien à la position de la France

    En savoir plus

  • SYRIE

    Intervention en Syrie : David Cameron freiné par les députés travaillistes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington n'écarte pas la possibilité d'intervenir seul en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)