Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Moyen-orient

Intervention en Syrie : les États-Unis invoquent le devoir d'agir

© AFP

Vidéo par Philippe GASSOT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2013

Convaincu que l'attaque chimique perpétrée le 21 août près de Damas était de la responsabilité du régime Al-Assad, Barack Obama a affirmé qu’il réfléchissait à une action limitée en Syrie, tout en indiquant n'avoir pris aucune "décision finale".

Le président des États-Unis s’est voulu ferme, vendredi 30 août, face au régime de Bachar al-Assad responsable, selon le renseignement américain, de l'attaque aux armes chimiques ayant fait au moins 1 429 morts, dont 426 enfants, le 21 août. Lors d’une déclaration à la presse, Barack Obama a ainsi invoqué le devoir d’agir des États-Unis, les "leaders du monde", et a affirmé réfléchir à une action militaire "limitée".

"Pas d’action militaire comprenant des soldats au sol"

"Cette attaque menace nos intérêts de sécurité nationale", a-t-il déclaré, mentionnant également le danger que les armes chimiques représentent pour les alliés américains "dans la région, comme Israël, la Turquie et la Jordanie". Selon un rapport du renseignement américain diffusé par la Maison Blanche et assurant s'appuyer sur de "multiples" sources, le gouvernement de Bachar al-Assad a eu recours à des gaz neurotoxiques lors de l’attaque du 21 août, dont il est "hautement improbable" qu'elle ait été perpétrée par les rebelles.

Si le chef de l'État américain a expliqué qu'il n'avait pas "pris de décision finale sur les actions qui pourraient être entreprises pour aider à faire respecter ces règles", il a indiqué que "quoi qu'il arrive" les États-Unis n'envisageaient pas une "action militaire comprenant des soldats au sol et une longue campagne". 

"Il faut agir mais personne ne veut agir"

"Je vous assure que personne n'est plus lassé de la guerre que moi, mais ce que je crois aussi c'est qu'une partie de nos obligations en tant que leader du monde est de faire en sorte que quand on a un régime qui veut utiliser des armes qui sont interdites par les normes internationales sur [...] des gens, y compris des enfants, il soit tenu d'en répondre", a déclaré Barack Obama.

"Beaucoup de gens pensent qu'il faut faire quelque chose à propos de la Syrie mais personne ne veut le faire", a-t-il encore clamé, au lendemain du rejet par les députés britanniques d’une intervention militaire immédiate. Barack Obama a par ailleurs condamné l'"impuissance" dans le dossier syrien du Conseil de sécurité de l'ONU, où la Russie, alliée indéfectible de Damas, a bloqué toute initiative.

Plus tôt dans la journée, John Kerry avait également plaidé pour une action militaire limitée dans le pays, estimant que l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien était un "crime contre l'humanité" qui ne devait pas rester impuni.

Avec dépêches


Première publication : 30/08/2013

  • SYRIE

    Hollande : le retrait britannique ne change rien à la position de la France

    En savoir plus

  • SYRIE

    Intervention en Syrie : David Cameron freiné par les députés travaillistes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington n'écarte pas la possibilité d'intervenir seul en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)