Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Moyen-orient

Un reportage de la BBC montre l'horreur en Syrie

© capture d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2013

L’explosion d’une bombe dans une cour d’école dans le nord de la Syrie a fait plus de dix morts parmi les enfants, rapporte une équipe de BBC présente sur place. Selon les journalistes, ce bombardement s’apparenterait à une attaque chimique.

Un reportage tourné par des journalistes de la BBC dévoile des scènes d’horreur et de chaos après le bombardement d’une école dans la province d’Alep, (nord de la Syrie). Une bombe incendiaire, envoyée lundi 26 août dans cette cour d’école, a tué plus de dix enfants et blessé grièvement plusieurs autres personnes, d’après les reporters de la BBC.

Si rien ne le confirme, ce bombardement s’apparente à une attaque chimique, les brûlures des victimes ressemblant à celles causées par du napalm ou de la thermite, selon les journalistes présents sur place.

D’après des témoins de la catastrophe, un avion a largué la bombe sur l’école après avoir sillonné la zone. Une explosion a alors été entendue, suivie d’une colonne de feu et de fumée.

La vidéo montre le travail des infirmiers et secouristes masqués tentant de venir en aide à des victimes à moitié brûlées, allongées parfois à même le sol d’un hôpital de fortune. Nombre d’entre elles ont eu plus de 50 % de leur surface corporelle brulée dans le bombardement.

Certaines images de ce reportage peuvent choquer.

Première publication : 30/08/2013

  • ROYAUME-UNI

    Syrie : Cameron "humilié" par le non du Parlement, selon la presse anglaise

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington n'écarte pas la possibilité d'intervenir seul en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les députés syriens invitent Londres à ne pas emprunter "le sentier de la guerre"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)