Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Confusion au Lesotho après une possible tentative de coup d'État

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

Moyen-orient

Reportage : les Damascènes soulagés face aux tergiversations occidentales

© FRANCE 24

Vidéo par Patrick HERMANSEN , Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2013

Alors que l'Occident temporise après avoir brandi la menace de "punir" le régime de Bachar al-Assad, l'envoyé spécial de FRANCE 24 à Damas s'est rendu dans le plus vieux souk de la capitale où le soulagement de la population est palpable.

La population syrienne vivait depuis deux jours dans l'attente. Après l’escalade verbale des chefs d’État occidentaux, les Syriens s'attendaient à voir des missiles américains et britanniques tomber sur leur pays. Désormais, les tergiversations et la nouvelle prudence des Occidentaux sont vécu comme un sursis. Sous surveillance du régime, les envoyés spéciaux de FRANCE 24 à Damas, Antoine Mariotti et Patrick Hermansen, se sont rendus jeudi 29 août dans le plus vieux souk de la ville, noir de monde. Là, une femme explique aux journalistes que mercredi encore, sous la menace des frappes américaines, elle avait préféré rester cloîtrée chez elle. "Hier, j’avais peur, j’ai pleuré, je suis restée à la maison avec mes enfants, terrée dans des coins. Mais aujourd’hui, inch'allah, ça va mieux !", se confie-t-elle dans un grand sourire.

Les hommes, en revanche, peu enclins à exprimer leurs craintes, ont toujours le même discours, rapporte Antoine Mariotti. "C’est vrai que l’Amérique était censée nous frapper aujourd’hui, ils pensaient qu’on avait peur, mais c’est resté sans effet. Ils savent que s’ils nous frappent, ils déclencheront la Troisième Guerre mondiale", affirme ainsi un homme également rencontré au souk.

"La vie continue"

Dans les rues de Damas, comme dans les coulisses du régime, rapporte le journaliste, une comparaison revient : la guerre en Irak. Ainsi, le ministre de la Justice, Najem al-Ahmad, qui, sans surprise, estime que son pays est dans la même situation que l’Irak il y a 10 ans. "Quel est l’intérêt de ces frappes ?, s’interroge le ministre. Tout ça pour qu’un responsable américain ou français revienne nous voir dans quelques années pour nous dire : 'excusez-nous, on s’est trompés'. Pendant ce temps-là, ces civils et des enfants auront été tués."

Dans le plus ancien souk de Damas, comme dans la plupart des quartiers du centre-ville, la situation semble bien éloignée de celle des faubourgs de la capitale, en proie à des combats quotidiens. "On sent bien que les Syriens suivent les informations au fur et à mesure, mais la vie continue, le souk est noir de monde, comme les terrasses des cafés, rapporte Antoine Mariotti. Les Syriens sont fatalistes : ça sera un malheur de plus, mais la guerre est déjà là, ça ne peut pas être bien pire."

Première publication : 30/08/2013

  • SYRIE

    Les députés britanniques s'opposent à une intervention armée en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le chef de l'opposition syrienne veut qu'Assad soit traduit devant la CPI

    En savoir plus

  • SYRIE

    Reportage à Damas : "Comment peuvent-ils frapper une ville aussi peuplée ?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)