Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Moyen-orient

Reportage : les Damascènes soulagés face aux tergiversations occidentales

© FRANCE 24

Vidéo par Patrick HERMANSEN , Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2013

Alors que l'Occident temporise après avoir brandi la menace de "punir" le régime de Bachar al-Assad, l'envoyé spécial de FRANCE 24 à Damas s'est rendu dans le plus vieux souk de la capitale où le soulagement de la population est palpable.

La population syrienne vivait depuis deux jours dans l'attente. Après l’escalade verbale des chefs d’État occidentaux, les Syriens s'attendaient à voir des missiles américains et britanniques tomber sur leur pays. Désormais, les tergiversations et la nouvelle prudence des Occidentaux sont vécu comme un sursis. Sous surveillance du régime, les envoyés spéciaux de FRANCE 24 à Damas, Antoine Mariotti et Patrick Hermansen, se sont rendus jeudi 29 août dans le plus vieux souk de la ville, noir de monde. Là, une femme explique aux journalistes que mercredi encore, sous la menace des frappes américaines, elle avait préféré rester cloîtrée chez elle. "Hier, j’avais peur, j’ai pleuré, je suis restée à la maison avec mes enfants, terrée dans des coins. Mais aujourd’hui, inch'allah, ça va mieux !", se confie-t-elle dans un grand sourire.

Les hommes, en revanche, peu enclins à exprimer leurs craintes, ont toujours le même discours, rapporte Antoine Mariotti. "C’est vrai que l’Amérique était censée nous frapper aujourd’hui, ils pensaient qu’on avait peur, mais c’est resté sans effet. Ils savent que s’ils nous frappent, ils déclencheront la Troisième Guerre mondiale", affirme ainsi un homme également rencontré au souk.

"La vie continue"

Dans les rues de Damas, comme dans les coulisses du régime, rapporte le journaliste, une comparaison revient : la guerre en Irak. Ainsi, le ministre de la Justice, Najem al-Ahmad, qui, sans surprise, estime que son pays est dans la même situation que l’Irak il y a 10 ans. "Quel est l’intérêt de ces frappes ?, s’interroge le ministre. Tout ça pour qu’un responsable américain ou français revienne nous voir dans quelques années pour nous dire : 'excusez-nous, on s’est trompés'. Pendant ce temps-là, ces civils et des enfants auront été tués."

Dans le plus ancien souk de Damas, comme dans la plupart des quartiers du centre-ville, la situation semble bien éloignée de celle des faubourgs de la capitale, en proie à des combats quotidiens. "On sent bien que les Syriens suivent les informations au fur et à mesure, mais la vie continue, le souk est noir de monde, comme les terrasses des cafés, rapporte Antoine Mariotti. Les Syriens sont fatalistes : ça sera un malheur de plus, mais la guerre est déjà là, ça ne peut pas être bien pire."

Première publication : 30/08/2013

  • SYRIE

    Les députés britanniques s'opposent à une intervention armée en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le chef de l'opposition syrienne veut qu'Assad soit traduit devant la CPI

    En savoir plus

  • SYRIE

    Reportage à Damas : "Comment peuvent-ils frapper une ville aussi peuplée ?"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)