Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Amériques

Intervention en Syrie : le FBI intensifie la surveillance des Syriens aux États-Unis

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 01/09/2013

Par crainte de représailles et d'attentats aux États-Unis, en prévision de frappes éventuelles contre le régime syrien, le FBI s'est mis en état d'alerte et a accru sa surveillance des ressortissants syriens présents sur le sol américain.

Selon un article du "New York Times" paru samedi 31 août, le Bureau fédéral d'investigation américain (FBI) est en état d’alerte en prévision de frappes éventuelles contre le régime syrien. Et ce, par crainte de représailles et d'attentats aux États-Unis contre leurs intérêts à l'étranger ou ceux de leurs alliés. Citant des sources officielles américaines, le quotidien affirme que l’agence, à la fois police fédérale et service de renseignement, a lancé une alerte nationale et a accentué la surveillance de ressortissants syriens présents aux États-Unis.

Les agents du FBI devraient interroger des centaines de citoyens syriens dans les prochains jours, rapporte le NYT, qui rappelle qu’en 2011, pendant l’intervention militaire contre le régime du colonel Kadhafi, près de 1 000 ressortissants libyens avaient été questionnés.
 
Ainsi, de hauts responsables du siège du FBI à Washington ont demandé aux bureaux locaux de l’agence de rester en contact avec des sources ayant des liens avec des ressortissants syriens, afin de détecter des indices ou des discussions évoquant une mesure de représailles anti-américaine. "Ils ne partent pas de zéro, (…), il s’agit d’une directive qui leur enjoint de redoubler leurs efforts et leur vigilance", indique un haut responsable américain, interrogé par le quotidien. En outre, rapporte le NYT, une attention accrue sera consacrée aux Syriens qui sont déjà placés sous surveillance par les autorités américaines.

Menaces iraniennes et cyberattaques
 
Les menaces proférées ces derniers jours par plusieurs responsables iraniens ont renforcé les craintes de représailles, selon les informations du NYT. Le 29 août, le commandant des Gardiens de la révolution iranienne, Mohammad Ali Jafari, a estimé qu'une intervention militaire américaine contre la Syrie, allié indéfectible de Téhéran, entraînerait "la destruction à brève échéance" d'Israël, allié régional de Washington.
 
Par ailleurs, les risques d’une campagne de cyberattaques semblent être pris très au sérieux par l’administration américaine, qui a lancé dans ce sens une alerte aux agences fédérales. Le site du New York Times avait momentanément été mis hors ligne, dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 août, et le service image du célèbre site de micoblogging Twitter avait connu des perturbations en raison d'attaques informatiques revendiquées par l'Armée électronique syrienne (SEA), une organisation opaque qui soutient le régime de Bachar al-Assad.
 

Première publication : 31/08/2013

  • SYRIE

    Intervention en Syrie : Hollande propulsé seul allié européen d’Obama

    En savoir plus

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Syrie : avec le départ des inspecteurs de l'ONU, une fenêtre de tir s’ouvre

    En savoir plus

  • SYRIE

    Intervention en Syrie : David Cameron freiné par les députés travaillistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)