Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Loi Macron : la France, impossible à réformer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Dette grecque : que peut faire Alexis Tsipras ?

En savoir plus

#ActuElles

Le combat du Laos contre la mortalité maternelle

En savoir plus

FRANCE

Onze étrangers s'évadent du centre de rétention du Bois de Vincennes, à Paris

© AFP | Centre de rétention du Bois de Vincennes

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/08/2013

Onze étrangers en situation irrégulière retenus au centre de rétention administrative du Bois de Vincennes ont réussi à s'échapper dans la nuit de vendredi à samedi. Ce type d'évasions est fréquent mais rarement en si grand nombre.

Dans la nuit du vendredi 30 au samedi 31 août, onze étrangers en situation irrégulière se sont enfuis du centre de rétention administrative (CRA) du Bois de Vincennes, situé dans le 12e arrondissement de Paris, comme l'annonce "Le Parisien".

Selon une source proche du dossier, les immigrés, dont la nationalité, l'âge et le sexe n'ont pas été précisés, sont parvenus à découper un grillage aux alentours de deux heures du matin. "Le chef du centre a immédiatement pris toutes les mesures pour enrayer cette faille", a assuré une source policière.

Les évasions de retenus sont relativement fréquentes, a précisé la source proche du dossier, qui a comptabilisé quatre évasions ces huit derniers mois. "Mais autant en une seule fois, c'est extrêmement rare, en général c'est une ou deux personnes", a-t-elle ajouté.

Le CRA de Vincennes, situé dans le 12e arrondissement de Paris, avait brûlé en juin 2008 lors d'émeutes ayant éclaté au lendemain de la mort d'un retenu tunisien, décédé selon les autorités d'une crise cardiaque. Une cinquantaine de personnes avaient profité du sinistre pour prendre la fuite. Fermé plusieurs mois, ce CRA avait alors subi d'importants travaux de rénovation et a rouvert en novembre 2010. L'année dernière, sept clandestins s'étaient enfuis de ce centre en profitant de la relève des surveillants.

Avec dépêches

Première publication : 31/08/2013

COMMENTAIRE(S)