Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • En direct : Monaco-Leverkusen et les autres matches de la Ligue des champions

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

FRANCE

Intervention en Syrie : le Parlement français n'a pas son mot à dire

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 01/09/2013

Conformément à la Constitution française, le président de la République est le chef des Armées. En tant que tel, ce dernier a le pouvoir d'intervenir en Syrie sans solliciter le consentement des parlementaires français.

L’affront retentissant infligé par la Chambre des communes au Premier ministre britannique David Cameron, empêché de participer à d'éventuelles frappes en Syrie, a recentré toute l’attention diplomatique sur la France. Le forfait britannique et le refus des Allemands de participer à toute intervention militaire internationale contre le régime syrien ont propulsé François Hollande dans la position de l’unique allié européen des Américains.

Selon un sondage, 64 % des Français s'opposent à une intervention

Près de deux Français sur trois (64 %) sont opposés à une intervention militaire en Syrie d'une coalition internationale incluant la France, selon un sondage BVA pour i-Télé-CQFD et Le Parisien-Aujourd'hui en France publié samedi.

D'après la même enquête, réalisée jeudi et vendredi, 58 % des Français ne font pas confiance au président François Hollande pour mener cette possible action militaire de la France, contre 40% d'un avis contraire, 2 % ne se prononcent pas.

À la question de savoir s'ils approuvent ou non "une intervention militaire d'une coalition militaire en Syrie composée notamment de la France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis contre les forces de Bachar al-Assad" (l'enquête a commencé avant le "non" du Parlement britannique jeudi soir, ndlr), 64 % des sondés répondent par la négative - 30 % "plutôt pas favorable" et 34 % "pas du tout favorable"--. Seuls 34 % approuvent (8 % "tout à fait favorable" et 26 % "plutôt favorable"), tandis que 2 % ne se prononcent pas.

Et contrairement à David Cameron, qui a décidé de se plier à un vote qui n'était que consultatif, le président français, en tant que chef des Armées, a le pouvoir d'intervenir en Syrie sans solliciter le consentement des parlementaires français.
 
En effet, selon l'article 35 de la Constitution française, "le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger, au plus tard trois jours après le début de l’intervention. (…). Cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote". En résumé, les parlementaires français ne peuvent opposer leur veto à une décision prise par le pouvoir exécutif.
 
Le site Internet de l’Assemblée nationale indique d'ailleurs que, "le pouvoir du Parlement sur la politique de défense s’est longtemps caractérisé, du fait de la lettre de la Constitution de 1958 mais aussi de la pratique institutionnelle, par une relative faiblesse".
 
De fait, le Parlement est cantonné, toujours par l’article 35, "à la seule autorisation de la déclaration de guerre, disposition dont il n’a jamais été fait usage depuis le début de la Ve République", est-il encore écrit sur le site de l’Assemblée nationale. L’intervention éventuelle de la France aux côtés des États-Unis en Syrie ne devrait pas déroger à cette règle.
 
Toutefois, s’agissant de la prolongation des opérations extérieures, si la durée de l’intervention militaire excède quatre mois, le gouvernement soumet sa demande "à l’autorisation du Parlement", stipule l’article 35, en application de la réforme constitutionnelle de 2008.Théoriquement, c'est à ce moment précis que les parlementaires ont leur mot à dire et peuvent opposer un veto.
 
Mais en pratique, par quatre fois, les parlementaires français ont donné leur feu vert pour une prolongation de l’intervention des forces armées : en septembre 2008 pour l’Afghanistan, en janvier 2009 pour cinq interventions : au Tchad, en République centrafricaine, en Côte-d’Ivoire, au Liban et au Kosovo. Les deux derniers votes positifs remontent à juillet 2011, pour la Libye, et à avril 2013, pour le Mali.

 

Première publication : 31/08/2013

  • SYRIE

    Intervention en Syrie : Hollande propulsé seul allié européen d’Obama

    En savoir plus

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Syrie : avec le départ des inspecteurs de l'ONU, une fenêtre de tir s’ouvre

    En savoir plus

  • SYRIE

    Intervention en Syrie : David Cameron freiné par les députés travaillistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)