Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Moyen-orient

Syrie : Poutine exige des preuves de l'usage d'armes chimiques

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/08/2013

Vladimir Poutine a exhorté les États-Unis à fournir des preuves d'une attaque chimique par Damas. Le président russe a qualifié ces accusations d'"absurdité totale" et estimé que le G20, qui débute mercredi, permettrait de discuter de la Syrie.

Alors que l'éventualité d'une frappe aérienne franco-américaine sur la Syrie se précise, samedi, le président russe Vladimir Poutine a de nouveau exprimé son opposition à toute intervention militaire, qui serait "extrêmement regrettable" sans l'aval du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le président russe a d'ailleurs essayé de temporiser, proposant que le sommet du G20 soit une occasion privilégiée pour discuter de la crise syrienne. Un vœux qui restera probablement pieux, puisque l’opération franco-américaine serait imminente.

Le chef du Kremlin a également affiché son scepticisme face aux accusations américaines, qui affirment que Damas aurait utilisé des armes chimiques lors d'une attaque perpétrée le 21 août.

"Concernant la position de nos amis américains, qui affirment que les troupes gouvernementales (syriennes) ont utilisé (...) des armes chimiques et disent avoir des preuves, et bien, qu'ils les montrent aux enquêteurs des Nations unies et au Conseil de sécurité", a-t-il dit à des journalistes. "S'ils ne le font pas, cela veut dire qu'il n'y en a pas", a-t-il ajouté.

Une intervention imminente


Avec le départ de Damas, ce samedi, des experts de l’ONU, qui doivent rendre les conclusions de leur enquête sous deux semaines, une fenêtre de tir s’est ouverte.

À partir d'aujourd'hui, les États-Unis et la France auront l’opportunité de procéder à des frappes aériennes sur le sol syrien, et ce vraisemblablement jusqu’au sommet du G20 prévu mercredi 4 septembre à Saint-Pétersbourg, en Russie.

Avec dépêches


Première publication : 31/08/2013

  • SYRIE

    Les enquêteurs de l'ONU ont quitté Damas pour le Liban

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques en Syrie : ce que révèle le rapport des renseignements américains

    En savoir plus

  • SYRIE

    Hollande : le retrait britannique ne change rien à la position de la France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)