Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

2.500 hommes supplémentaires et un mandat plus robuste pour la Minusma au Mali

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

Asie - pacifique

À Fukushima, les taux de radioactivité atteignent un nouveau record

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/09/2013

Au Japon, l’opérateur de la centrale de Fukushima Tepco a annoncé des mesures alarmantes près de l’un de ses réservoirs d’eau contaminée. Les chiffres annoncés pourraient provoquer la mort d’un être humain en l'espace de quatre heures.

À Fukushima, des niveaux de radioactivité dix-huit fois plus élevés que ceux mesurés il y a 10 jours ont été publiés par Tepco, l’opérateur de la centrale nucléaire endommagée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011.

Ces mesures ont été prises près de l’un des réservoirs d’eau radioactive, mais sans pour autant qu’une fuite n’ait été constatée par les travailleurs sur place, assure Tepco. L’opérateur reconnaît par ailleurs ne pas connaître la cause de ces chiffres alarmants.

"Nous ne voyons pas de diminution du niveau d'eau dans aucun des réservoirs et les vannes sont bien fermées", déclare Tepco, qui dit être en train de chercher à expliquer ces niveaux inédits.

Provoquer la mort d’un être humain en quatre heures

L’opérateur de la centrale avait déjà mesuré, le 22 août, une radioactivité élevée à proximité de deux réservoirs distincts, de 70 millisieverts et 100 millisieverts par heure. Samedi, à ces deux mêmes places, les niveaux étaient respectivement de 220 et 1 800 millisieverts par heure, un bond qui reste inexpliqué.

La radioactivité mesurée près de l’un des réservoirs, de l’ordre de 1 800 milliSieverts par heure, pourrait provoquer la mort d’un être humain en quatre heures.

Tepco en eaux troubles

Contraint d’avouer récemment que des écoulements radioactifs dans l’océan Pacifique n’avaient pu être évités. Tepco a dû renforcer la surveillance de ses 300 réservoirs d’eau. L’un d’eux avait, il y a quelques semaines, laissé filer 300 tonnes d’eau hautement radioactive.

Ces citernes, de 11 mètres de haut et 12 mètres de diamètre, ont été construites à la hâte après l’accident et peuvent contenir jusqu’à 1 000 tonnes d’eau. Sept cents réservoirs de conception différente complètent le dispositif.

Toute cette eau constitue désormais le cœur du problème pour Tepco. Le liquide, qui provient des systèmes de refroidissement des réacteurs dans lesquels le combustible a fondu, est la principale cause de ces variations de taux.

Avec dépêches.

Première publication : 01/09/2013

  • JAPON

    Accident nucléaire : les poissons de Fukushima toujours hautement radioactifs

    En savoir plus

  • JAPON

    Fukushima : la fuite de 300 tonnes d'eau bientôt classée en "incident grave"

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    Rejets d'eaux contaminées dans l'océan : nouvelle urgence à Fukushima

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)