Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

Afrique

Nelson Mandela est sorti de l'hôpital

© AFP

Vidéo par Salima Belhadj

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/09/2013

L’ex-président sud-africain, âgé de 95 ans, a quitté l'hôpital de Pretoria où il avait été admis le 8 juin pour traiter une infection pulmonaire récurrente. Toujours dans un état critique, il a néanmoins regagné son domicile de Johannesburg.

L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, 95 ans, hospitalisé depuis près de trois mois, est rentré dimanche dans sa maison de Johannesburg, où il recevra les mêmes soins intensifs qu'à la clinique, son état de santé étant toujours officiellement "critique". "L'ancien président Nelson Mandela est sorti ce matin de l'hôpital (...), a annoncé la présidence sud-africaine. "L'état de santé de Madiba (le nom de clan du prix Nobel de la paix, ndlr) reste critique et parfois instable".

Et même si le communiqué des autorités est accompagné "des meilleurs voeux de convalescence" formulés par l'actuel président Jacob Zuma, il est difficile de savoir si ce retour à la maison témoigne d'une réelle amélioration de l'état de santé de Mandela. Ou de la volonté d'éviter au héros national de finir sa vie entre les quatre murs anonymes d'une chambre d'hôpital.

Retour dans sa maison familiale de Joburg

La maison familiale de Johannesburg, située dans l'agréable quartier calme et arboré de Houghton, a donc été transformée en hôpital, "reconfigurée pour permettre qu'il y reçoive des soins intensifs". Le personnel soignant "à son domicile est exactement le même que celui qui s'occupait de lui à l'hôpital (mais) si son état de santé justifie une nouvelle admission à l'hôpital, ce sera fait", précise la présidence. Il n'est pas question pour l'ancien président de se réinstaller à Qunu (sud), son village d'enfance où il espérait finir paisiblement ses jours depuis son retrait de la vie publique, mais qui est situé à 900 km de Johannesburg, loin des meilleurs hôpitaux et praticiens du pays.

Samedi, la présidence avait sèchement démenti des informations annonçant que le héros de la lutte anti-apartheid avait pu regagner son domicile de Johannesburg, qualifiant alors de "rumeurs" les interrogations de la presse sur une sortie d'hôpital. Les médias avaient finalement eu raison, avec un jour d'avance...

La présidence a aussi reconnu, pour la première fois, que l'ancien président souffrait de complications multiples, et non pas seulement d'un problème pulmonaire, en indiquant que "Mandela, malgré les difficultés causées par ses diverses affections, faisait preuve comme toujours d'une grâce immense et de force morale".

Un retour chez lui peut être "positif" pour un malade

Interrogé à Paris par téléphone, le Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière, a expliqué à l'AFP qu'on "pouvait ventiler (par une aide à la respiration que reçoit toujours manifestement Mandela, ndlr) les gens à domicile depuis très longtemps. C'est vrai qu'à domicile, on a du matériel qui permet le même niveau de soins" pour ce type de cas.

"Quand ça dure longtemps, les médecins décident parfois de faire rentrer chez lui un patient même s'il n'est pas stabilisé, soit dans un but de guérison, soit dans un but de soins palliatifs, de meilleur confort (...) Le fait de se retrouver dans un milieu un peu plus normal est toujours positif pour le malade. Dans ces cas, généralement quand on renvoie les gens chez eux, c'est pour des raisons de confort, de bien-être et de coûts. Ici le coût n'entre manifestement pas en ligne de compte...", a-t-il relevé.

Nelson Mandela avait été hospitalisé aux premières heures du 8 juin pour une énième récidive d'une infection pulmonaire, dans un état qualifié de "grave". Il pouvait alors respirer sans assistance. Mais son état s'était nettement détérioré ensuite, devenant "critique" le 23 juin, au point qu'on avait craint le pire à plusieurs reprises.

Les problèmes pulmonaires de Mandela sont probablement liés aux séquelles d'une tuberculose contractée pendant son séjour sur l'île-prison de Robben Island, au large du Cap, où il a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les geôles du régime d'apartheid, avant de devenir le premier président noir de son pays en 1994.

Avec dépêches

Première publication : 01/09/2013

  • AFRIQUE DU SUD

    L'état de santé de Mandela montre des "signes d'amélioration"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    La famille Mandela se déchire sur le lieu de sépulture de "Madiba"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Sur l'île-prison de Robben Island, Obama rend hommage à Mandela

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)