Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Moyen-orient

Intervention en Syrie : Obama et Hollande temporisent, le régime syrien bombe le torse

© AFP

Vidéo par Anna MOREAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/09/2013

Paris et Washington, qui ont affirmé leur volonté d'agir militairement en Syrie, sont au cœur des propos défiants du régime syrien. À commencer par le président Assad, qui s'est déclaré dimanche à même de faire face à une attaque extérieure.

Dans une première réaction officielle à la décision de Barack Obama de demander le feu vert du Congrès américain en vue d'une action militaire contre Damas, le président syrien Bachar al-Assad s'est déclaré dimanche à même de faire face à une attaque extérieure."La Syrie (...) est capable d'affronter n'importe quelle agression extérieure", a déclaré le président syrien à la télévision publique lors d'un entretien avec des responsables iraniens.

"Les menaces américaines de lancement d'une attaque contre la Syrie ne détourneront pas la Syrie de ses principes (...) ni de son combat contre le terrorisme soutenu par certains pays occidentaux et de la région, d'abord et avant tout par les États-Unis d'Amérique", a ajouté Bachar al-Assad, en allusion aux rebelles que son régime qualifie de "terroristes".

"Nous sommes sûrs de vaincre"

Quelques minutes plus tôt, le vice-ministre des Affaires étrangères syrien avait tancé le président américain. Fayçal Moqdad a déclaré à des journalistes, ce dimanche, qu’il "est clair qu'il y avait un sentiment d'hésitation et de déception dans ce qui a été dit par le président Barack Obama hier. Et il est également clair qu'il y avait aussi un sentiment de confusion. Personne, que ce soit le président des États-Unis ou tout autre président, ne peut justifier une agression injustifiable".

"Les allégations (américaines) sur l'utilisation par la Syrie de telles armes n'ont aucun fondement" a poursuivi le vice-ministre. "Des armes chimiques ont été utilisées par Al-Qaïda et ceux qui sont à sa solde, grâce à ce qu'offrent la Turquie, l'Arabie saoudite et d'autres pays à ces terroristes". Il a également appelé le Congrès américain à "montrer sa sagesse" en ne donnant pas son feu vert pour des frappes en Syrie."Une décision de faire la guerre à la Syrie serait une décision criminelle et erronée. Nous sommes sûrs de vaincre", a-t-il ajouté.

"Le gouvernement à Paris est irresponsable"

Le cacique du régime syrien a également fustigé la position de la France. "Il y a un gouvernement responsable en Syrie mais le gouvernement à Paris est irresponsable (...) Les politiciens français ont trompé le peuple français et se sont comportés de façon irresponsable. Ils ont falsifié les faits et soutiennent des organisations comme Al-Qaïda", a-t-il asséné.

Le président François Hollande n’est pas épargné non plus. Selon Fayçal Moqdad, le chef de l’État "et son ministre des Affaires étrangères trompent le peuple français pour justifier leur politique erronée en Syrie. Ils échoueront", a-t-il conclu.

De son côté, la presse officielle syrienne, quant à elle, plastronne. Elle estime en effet que le président américain a commencé à "battre en retraite". Dans son éditorial, le journal gouvernemental "Al-Saoura" estime qu'"Obama a sonné hier (...) le début de la retraite historique des Américains." 

SYRIE : L'ESCALADE
 
 

Première publication : 01/09/2013

  • FRANCE

    Syrie : l'opposition française presse Hollande d'organiser un vote au Parlement

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Intervention en Syrie : Obama doit convaincre un Congrès sceptique

    En savoir plus

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Syrie : avec le départ des inspecteurs de l'ONU, une fenêtre de tir s’ouvre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)