Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : scènes de liesse à Harare après la démission de Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 02/09/2013

"Obama nous a menti"

© France 24

Presse internationale, lundi 2 septembre 2013. Au menu de la presse internationale ce matin, le débat sur une possible intervention militaire en Syrie, relancé par la décision de Barack Obama de demander l’accord préalable du Congrès américain.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de cette revue de presse internationale, ces révélations à la Une du journal The Independent: les autorités britanniques ont autorisé en 2012 des exportations de composants destinés à fabriquer des armes chimiques à destination de la Syrie.
 
D’après le quotidien britannique, il s’agirait de deux composants, du fluorure de potassium, et du flurorure de sodium, qui peuvent notamment être utilisés pour la fabrication du gaz sarin. Deux composants produits par une société britannique, dont le nom n’est pas évoqué. Une entreprise qui aurait reçu une licence d’exportation valable 6 mois en janvier 2012, c’est-à-dire alors que la guerre faisait déjà rage en Syrie, et que plusieurs voix s’étaient déjà inquiétées de l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien. Interpellé sur cette question, le gouvernement britannique se défend en expliquant que l’octroi de cette licence d’exportation n’a donné lieu à aucune livraison, et qu’elle a de toute façon été révoquée en juillet dernier, après que l’Union européenne a renforcé ses sanctions à l’égard du régime syrien. Ces révélations tombent évidemment très mal, au moment où les Etats-Unis rendent publiques les preuves d’utilisation du gaz sarin par le régime d’Assad.
 
Elles tombent d’autant plus mal que le Royaume-Uni vient de refuser de s’engager aux côtés des Etats-Unis en Syrie. Les parlementaires britanniques ont choisi de dire «non» à David Cameron. L’un d’entre eux, le député conservateur David Davis, a choisi de s’en expliquer dans The Wall Street Journal. "Tout comme la Libye en 2011, la Syrie est aujourd’hui tourmentée par la guerre civile et dirigée par un dictateur malfaisant, assiégé, et prêt à massacrer son propre peuple pour garder le pouvoir. Mais il n’est pas moins déplaisant de mourir en se faisant tirer dessus par des snipers, ou brûler par le napalm, ou exploser par les bombes, ou enseveli sous des immeubles qui s’effondrent."
 
Le refus britannique a obligé le président américain à modifier la stratégie prévue au départ. Comme par un effet domino, le "no" britannique a fragilisé un Barack Obama déjà peu va-t-en-guerre à voir avec ce dessin du Independent où on le voit commencer à donner le top départ d’une intervention ou finalement non, pas encore.
 
Effet domino, c’est le mot, relève The Wall Street Journal, en évoquant un contretemps qui va bénéficier à ceux qui s’opposent à cette intervention. Le journal relève également que la stratégie de Barack Obama a pour conséquence d’exposer davantage à la critique son seul allié, ou presque, François Hollande.
 
En Syrie, la décision américaine est évidemment accueillie très diversement selon les camps. Pour les anti-Assad qui ont trouvé refuge en Jordanie, la nouvelle a eu l’effet d’une douche froide, rapporte The Guardian, qui les a rencontrés. «Obama, disent-ils, nous a menti».
 
Mais du côté du régime, il en va bien sûr tout autrement. Les journaux officiels exultent, rapporte USA Today. Pour le régime syrien, il s’agit d’une "retraite historique" de la part des Etats-Unis.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/11/2017 Revue de presse internationale

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 22 novembre, la démission du président du Zimbabwe Robert Mugabe. Le retour au Liban du Premier ministre démissionnaire...

En savoir plus

22/11/2017 Revue de presse française

"TPIY, dernier acte"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 22 novembre, le verdict attendu à La Haye, où le Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie juge l’ancien chef militaire des Serbes...

En savoir plus

21/11/2017 Allemagne

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 21 novembre, les réactions à la crise politique en Allemagne. Un communiqué de l’agence russe de météorologie reconnaissant...

En savoir plus

21/11/2017 Revue de presse française

"La chancelière chancelle"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 21 novembre, la réaction à la crise politique en Allemagne. Ses conséquences pour l’Europe, et pour le projet de refondation de...

En savoir plus

20/11/2017 sécurité

"Mugabe veut mourir sur scène"

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 20 novembre, le refus de Robert Mugabe de quitter le pouvoir malgré la pression de ses compatriotes, de l’armée, et de son...

En savoir plus