Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 02/09/2013

"Obama nous a menti"

© France 24

Presse internationale, lundi 2 septembre 2013. Au menu de la presse internationale ce matin, le débat sur une possible intervention militaire en Syrie, relancé par la décision de Barack Obama de demander l’accord préalable du Congrès américain.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de cette revue de presse internationale, ces révélations à la Une du journal The Independent: les autorités britanniques ont autorisé en 2012 des exportations de composants destinés à fabriquer des armes chimiques à destination de la Syrie.
 
D’après le quotidien britannique, il s’agirait de deux composants, du fluorure de potassium, et du flurorure de sodium, qui peuvent notamment être utilisés pour la fabrication du gaz sarin. Deux composants produits par une société britannique, dont le nom n’est pas évoqué. Une entreprise qui aurait reçu une licence d’exportation valable 6 mois en janvier 2012, c’est-à-dire alors que la guerre faisait déjà rage en Syrie, et que plusieurs voix s’étaient déjà inquiétées de l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien. Interpellé sur cette question, le gouvernement britannique se défend en expliquant que l’octroi de cette licence d’exportation n’a donné lieu à aucune livraison, et qu’elle a de toute façon été révoquée en juillet dernier, après que l’Union européenne a renforcé ses sanctions à l’égard du régime syrien. Ces révélations tombent évidemment très mal, au moment où les Etats-Unis rendent publiques les preuves d’utilisation du gaz sarin par le régime d’Assad.
 
Elles tombent d’autant plus mal que le Royaume-Uni vient de refuser de s’engager aux côtés des Etats-Unis en Syrie. Les parlementaires britanniques ont choisi de dire «non» à David Cameron. L’un d’entre eux, le député conservateur David Davis, a choisi de s’en expliquer dans The Wall Street Journal. "Tout comme la Libye en 2011, la Syrie est aujourd’hui tourmentée par la guerre civile et dirigée par un dictateur malfaisant, assiégé, et prêt à massacrer son propre peuple pour garder le pouvoir. Mais il n’est pas moins déplaisant de mourir en se faisant tirer dessus par des snipers, ou brûler par le napalm, ou exploser par les bombes, ou enseveli sous des immeubles qui s’effondrent."
 
Le refus britannique a obligé le président américain à modifier la stratégie prévue au départ. Comme par un effet domino, le "no" britannique a fragilisé un Barack Obama déjà peu va-t-en-guerre à voir avec ce dessin du Independent où on le voit commencer à donner le top départ d’une intervention ou finalement non, pas encore.
 
Effet domino, c’est le mot, relève The Wall Street Journal, en évoquant un contretemps qui va bénéficier à ceux qui s’opposent à cette intervention. Le journal relève également que la stratégie de Barack Obama a pour conséquence d’exposer davantage à la critique son seul allié, ou presque, François Hollande.
 
En Syrie, la décision américaine est évidemment accueillie très diversement selon les camps. Pour les anti-Assad qui ont trouvé refuge en Jordanie, la nouvelle a eu l’effet d’une douche froide, rapporte The Guardian, qui les a rencontrés. «Obama, disent-ils, nous a menti».
 
Mais du côté du régime, il en va bien sûr tout autrement. Les journaux officiels exultent, rapporte USA Today. Pour le régime syrien, il s’agit d’une "retraite historique" de la part des Etats-Unis.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus