Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

FRANCE

Ayrault : "le bombardement chimique syrien ne peut rester sans réponse"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/09/2013

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, qui a attribué au régime du président Bachar al-Assad le bombardement à l'arme chimique commis le 21 août, a assuré que l'acte "irréparable", ne resterait pas "sans réponse" de la France.

À l'issue d'une réunion avec les responsables parlementaires, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a déclaré lundi 2 septembre que "le régime de Bachar al-Assad [avait] commis l'irréparable", lors de l'attaque à l'arme chimique commise le 21 août : "Cet acte, plus personne n'en nie la réalité, ce que devraient confirmer les inspecteurs des Nations unies".

Déterminé à sanctionner le régime syrien, Matignon a plaidé pour une action "ferme et proportionnée" qui ne "ne visera ni à renverser le régime, ni à libérer la Syrie". Le chef

Les parlementaires français débattront mercredi sur la question syrienne

du gouvernement a, en outre, précisé que la France ne pouvait "agir seule mais dans le cadre d'une coalition".

"C'est au président de décider" d'un vote au Parlement

Le Premier ministre a assuré que le président de la République François Hollande continuait "son travail de persuasion pour réunir dans les meilleurs délais une coalition". Et de conclure, "c'est au président qu'il appartient de décider si un vote doit avoir lieu pour agir en Syrie".

Un débat sans vote doit avoir lieu mercredi 4 septembre au Parlement français sur la question syrienne, alors que le président américain Barack Obama a décidé de consulter le Congrès la semaine prochaine.

En France, de nombreuses voix se sont élevées à droite comme à gauche pour demander un vote des députés et sénateurs sur le bien-fondé d'une action armée de la France en Syrie.

Avec dépêches

Première publication : 02/09/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Syrie : Barack Obama cherche à obtenir le soutien de l'influent John McCain

    En savoir plus

  • FRANCE - ÉTATS-UNIS

    Intervention en Syrie : Obama et Hollande temporisent, le régime syrien bombe le torse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)