Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Election présidentielle au Ghana : le dépouillement a commencé.

En savoir plus

FOCUS

Au Ghana, la présidentielle s’annonce serrée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Premier contact", les extra-terrestres ont la parole

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le japonais SoftBank veut investir 50 milliards aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angel Merkel, la stabilité dans la tourmente ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, championne des inégalités scolaires"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Alep : la guerre vue à travers les tweets d'une enfant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouverture du procès Ongwen: L'ex-commandant de la LRA plaide non coupable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cazeneuve, ce "frère"

En savoir plus

FRANCE

Ayrault : "le bombardement chimique syrien ne peut rester sans réponse"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/09/2013

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, qui a attribué au régime du président Bachar al-Assad le bombardement à l'arme chimique commis le 21 août, a assuré que l'acte "irréparable", ne resterait pas "sans réponse" de la France.

À l'issue d'une réunion avec les responsables parlementaires, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a déclaré lundi 2 septembre que "le régime de Bachar al-Assad [avait] commis l'irréparable", lors de l'attaque à l'arme chimique commise le 21 août : "Cet acte, plus personne n'en nie la réalité, ce que devraient confirmer les inspecteurs des Nations unies".

Déterminé à sanctionner le régime syrien, Matignon a plaidé pour une action "ferme et proportionnée" qui ne "ne visera ni à renverser le régime, ni à libérer la Syrie". Le chef

Les parlementaires français débattront mercredi sur la question syrienne

du gouvernement a, en outre, précisé que la France ne pouvait "agir seule mais dans le cadre d'une coalition".

"C'est au président de décider" d'un vote au Parlement

Le Premier ministre a assuré que le président de la République François Hollande continuait "son travail de persuasion pour réunir dans les meilleurs délais une coalition". Et de conclure, "c'est au président qu'il appartient de décider si un vote doit avoir lieu pour agir en Syrie".

Un débat sans vote doit avoir lieu mercredi 4 septembre au Parlement français sur la question syrienne, alors que le président américain Barack Obama a décidé de consulter le Congrès la semaine prochaine.

En France, de nombreuses voix se sont élevées à droite comme à gauche pour demander un vote des députés et sénateurs sur le bien-fondé d'une action armée de la France en Syrie.

Avec dépêches

Première publication : 02/09/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Syrie : Barack Obama cherche à obtenir le soutien de l'influent John McCain

    En savoir plus

  • FRANCE - ÉTATS-UNIS

    Intervention en Syrie : Obama et Hollande temporisent, le régime syrien bombe le torse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)