Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Kenya : quand la sécheresse entraîne la violence

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Un an après, A'salfo rend hommage à Papa Wemba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Battre le FN ne suffit pas"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Pen - Macron : deux programmes économiques que tout oppose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Présidentielle : le choc de deux France"

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un an après les attentats, une Belgique meurtrie

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Belgique, au cœur de l’Europe sans états d’âme?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Péninsule coréenne : jusqu'où ira l'escalade?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Élection présidentielle iranienne : la candidature d'Ahmadinejad rejetée

En savoir plus

Afrique

Nouvelle condamnation pour le rappeur tunisien Weld el-15

Photo du rappeur Weld el-15 sur sa page Facebook

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/09/2013

Déjà condamné en juillet, le rappeur Weld el-15 a été de nouveau jugé pour ses textes de chansons, vendredi en Tunisie. Lui et un autre rappeur, Klay BBJ, ont écopé de 21 mois de prison, à l'issue d'un procès dont ils n'avaient pas été prévenus.

Les rappeurs Ala Yaacoubi (alias Weld el-15, déjà condamné en juillet pour une chanson insultant la police) et Ahmed Ben Ahmed (alias Klay BBJ) ont été condamnés vendredi 30 août à 21 mois de prison ferme, à l'issue d'un procès dont ils n'avaient pas été prévenus.

Les deux artistes avaient été interpellés violemment dans la nuit du 22 août à l'issue d'un concert à Hammamet, une station balnéaire à 60 km de Tunis. Les policiers estimaient que leurs textes avaient été offensants envers des fonctionnaires, délit passible de prison en Tunisie. Le jugement est à exécution immédiate, précise leur avocat ce lundi 2 septembre. Les deux musiciens peuvent dès lors être incarcérés à tout moment.

"Ce procès a eu lieu sans que nous ayons reçu de convocation (...) je vais parler à mes clients pour faire opposition à ce jugement mais cette peine de prison ferme montre que l'acharnement contre la liberté artistique, la liberté d'expression, continue", a déclaré leur avocat, Me Ghazi Mrabet.

Précédemment, le rappeur Ala Yaacoubi, alias Weld el-15, avait écopé de deux ans ferme en première instance, avant de voir, début juillet, sa peine réduite en appel à six mois avec sursis pour sa chanson "Boulicia Kleb" (Les policiers sont des chiens).

Des morceaux datant de Ben Ali

"C'est une vengeance (...) les autorités n'ont pas compris que ces questions doivent susciter un débat public et non des procès et le harcèlement permanent des rappeurs", a dénoncé Thameur Mekki, qui dirige le comité de soutien à ces musiciens. "Nous allons nous organiser, nous allons nous mobiliser avec les organisations de défense des droits de l'Homme et de la liberté artistique", a-t-il prévenu.

Lors du concert du 22 août, les deux rappeurs n'ont pas interprété "Boulicia Kleb" mais d'autres morceaux, dont certains datant de l'époque du président déchu par la révolution de 2011, Zine el-Abidine Ben Ali. La police était considérée à l'époque comme l'instrument de la répression contre toutes les formes de critiques à l'égard du régime. "Ces morceaux sont critiques et défient les flics", estime Thameur Mekki.

Un caméraman, Mourad Meherzi, est actuellement en détention provisoire dans l'attente de son procès, pour avoir filmé en août 2013 un artiste, Nasreddine Shili, emprisonné lui aussi, jetant un œuf sur le ministre de la Culture.

Avec dépêches

Première publication : 02/09/2013

  • TUNISIE

    Tunisie : le gouvernement accuse Ansar Al-Charia des meurtres d'opposants

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Des photos de Ben Ali avec son fils filtrent sur Instagram

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le rappeur tunisien Weld El 15 passé à tabac par des policiers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)