Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

Moyen-orient

Attaque chimique : les résultats des tests de l'ONU connus d'ici deux semaines

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/09/2013

Les échantillons recueillis par les experts de l'ONU en Syrie sur des sites présumés d'attaque chimique vont être transmis ce lundi aux laboratoires compétents. Les premiers résultats pourraient être publiés dans au moins deux semaines.

Les différents laboratoires à travers le monde chargés d’analyser les preuves rassemblées par les enquêteurs de l’ONU sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie lors de l’attaque du 21 août, dans la Ghouta, à l'est de Damas, vont recevoir les échantillons à partir de ce lundi.

"Les échantillons doivent être envoyés dans une demi-douzaine de laboratoires à travers le monde, dans des pays qui ne sont pas impliqués politiquement", a ainsi expliqué à l’AFP, Michael Luhan, le porte-parole de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), après avoir reçu, samedi, les prélèvements des enquêteurs à La Haye, aux Pays-Bas.

Selon l’OIAC, les analyses, qui doivent déterminer si des armes chimiques ont bien été utilisées et non qui y a eu recours, pourraient prendre trois semaines. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, aurait toutefois demandé au chef des experts, Aake Sellström, d’accélérer l’analyse des échantillons et des informations que la mission a obtenus et de lui "en communiquer les résultats dès que possible", a indiqué dimanche le porte-parole de l’ONU, Martin Nesirky.

D’après des diplomates, Ban Ki-moon aurait ainsi affirmé vendredi aux ambassadeurs des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine), que les résultats seraient prêts d’ici deux semaines.

Washington affirme avoir des preuves sur l’utilisation de gaz sarin

Alors que les premières conclusions des Nations unies ne devraient donc pas être rendus publiques avant le 15 septembre, les États-Unis pourraient se prononcer avant cette date sur une éventuelle intervention militaire en Syrie. Le Congrès américain doit en effet se réunir à partir du 9 septembre pour donner son autorisation pour lancer des frappes contre le régime du président Bachar al-Assad.

Afin de convaincre les parlementaires américains de la nécessité d’une telle action, le secrétaire d’État, John Kerry, a assuré, dimanche, que les États-Unis avaient déjà reçu et analysé des échantillons prouvant l’utilisation de gaz sarin lors de l’attaque du 21 août.

"Des échantillons de cheveux et sanguins se sont révélés positifs à des traces de gaz sarin", a-t-il déclaré sur l’antenne de NBC News en précisant que ces éléments étaient "indépendants" de ceux collectés par les enquêteurs de l’ONU.

Interrogé sur le vote du Congrès américain, John Kerry s’est montré confiant et a appelé ses collègues à la responsabilité : "Nous savons d’où est venue cette attaque. Nous savons exactement où elle s’est produite. Nous savons exactement ce qui s’est passé après".

Avec dépêches

Première publication : 02/09/2013

  • FRANCE - ÉTATS-UNIS

    Intervention en Syrie : Obama et Hollande temporisent, le régime syrien bombe le torse

    En savoir plus

  • SYRIE

    Attaque chimique : le renseignement français pointe du doigt Damas

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Syrie : Poutine exige des preuves de l'usage d'armes chimiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)