Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

FRANCE

Armes chimiques : Ayrault va dévoiler les preuves françaises accusant Assad

© AFP

Vidéo par

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/09/2013

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault doit communiquer des documents "secrets-déclassifiés" prouvant que l'attaque chimique du 21 août en Syrie "ne peut venir que du régime" d'Assad. À suivre sur notre site à partir de 19h30.

Suivez en direct à partir de 19h30 (GMT+2) l'intervention du Premier ministre Jean-Marc Ayrault à propos des preuves de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie sur le lecteur vidéo ci-dessous.

 

Au terme de la réunion convoquée à Matignon avec les principaux responsables du Parlement, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault s’exprimera ce lundi à 17 h sur la Syrie devant la presse.

À cette occasion, le chef du gouvernement, entouré des ministres de la Défense, des Affaires étrangères et des Relations au Parlement, va remettre aux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat ainsi qu’aux présidents des commissions de la défense et des affaires étrangères des deux chambres et aux chefs des groupes politiques, des documents "secrets déclassifiés" permettant de bien identifier la responsabilité du régime de Bachar al-Assad lors de l’attaque chimique du 21 août en Syrie.

"Les renseignements que l’on m’a donnés, que je pense que le Premier ministre va donner aux représentants de la nation cet après-midi, et qui convergent – ce sont les nôtres, ce sont ceux des Américains -, montrent que l’attaque chimique a eu lieu et qu’elle ne peut venir que du régime", a ainsi confirmé sur France Info, lundi matin, Élisabeth Guigou, la présidente socialiste de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale.

Polémique sur un vote du Parlement

Cette réunion à Matignon intervient avant la convocation mercredi du Parlement en session extraordinaire pour un débat qui s’annonce houleux.

L’opposition, ainsi que certains membres de la majorité, réclament en effet un vote formel du Parlement sur une éventuelle intervention française en Syrie, alors que la Constitution n’oblige pas le président de la république à se soumettre à ce feu vert.

Jean-Louis Borloo (UDI), François Bayrou (Modem) et Christian Jacob, le chef de file des députés UMP, ont notamment fait entendre leur voix ces derniers jours pour exiger que le Parlement puisse se prononcer. Le président de l’UMP, Jean-François Copé, s’est en revanche démarqué de nombreux responsables de droite en estimant que c’était à François Hollande de se prononcer sur l’organisation d’un vote.

"C’est à lui de choisir", a affirmé M. Copé dans un entretien au "Monde". "En revanche, je demande solennellement qu’il reçoive les chefs de partis et les présidents de groupes parlementaires. Mais, c’est la responsabilité du président de la République seul de le décider".

Avec dépêches

Première publication : 02/09/2013

  • FRANCE - ÉTATS-UNIS

    Intervention en Syrie : Obama et Hollande temporisent, le régime syrien bombe le torse

    En savoir plus

  • FRANCE

    Syrie : l'opposition française presse Hollande d'organiser un vote au Parlement

    En savoir plus

  • SYRIE

    Attaque chimique : le renseignement français pointe du doigt Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)