Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

Moyen-orient

Le régime a mené au moins trois attaques chimiques depuis avril, selon Paris

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/09/2013

Le gouvernement français a déclassifié lundi soir une synthèse de renseignements, dans laquelle le régime de Bachar al-Assad est accusé d'avoir mené trois attaques chimiques depuis le mois d'avril, dont celle du 21 août.

L’attaque dans la nuit du 21 août dans la banlieue de Damas était de nature chimique et ne peut avoir été perpétrée que par le régime de Bachar al-Assad. C'est la conclusion d'un rapport des renseignements français, rendu public lundi 2 septembre 2013 sur le site du gouvernement français.

Le document va plus loin et accuse Damas d'avoir mené au moins trois attaques chimiques depuis le mois d'avril 2013. "Les services compétents français ont récupéré des échantillons biomédicaux (sang, urine), environnementuax (sol) et matériel (munitions), prélevés sur des victimes ou sur les sites des attaques de Saraqeb, le 29 avril 2013, et de Jobar, à la mi-avril 2013. Les analyses conduites ont confirmé l'emploi de [gaz] sarin."

63EE4F35-CBA2-4F78-9335-01E8BFBE4A2F -



Les informations divulguées dans cette synthèse de renseignements déclassifiés proviennent de "sources propres françaises" et d’éléments "complémentaires" recueillis auprès des pays partenaires. Le rapport a été rédigé par la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et par la Direction du renseignement militaire (DRM).

Le régime syrien redoutait une attaque de l'opposition

Concernant l'attaque menée le 21 août dans la banlieue de Damas, il en ressort que "le régime [de Bachar al-Assad] redoutait une attaque d’ampleur de l’opposition dans cette période", et qu’il a "cherché par cette attaque à desserrer l’étau et à sécuriser des sites stratégiques pour le contrôle de la capitale".

Selon les renseignements français, dans l’hôpital de Douma, où ont été transférées un grand nombre de victimes, la moitié de celles-ci étaient des femmes et des enfants. Le chiffre de 1 500 morts pour cette seule attaque semble "cohérent".

Pour preuve que l’attaque était de nature chimique, le rapport affirme que "les victimes ne portaient pas de blessures corporelles" et présentaient des symptômes caractéristiques – convulsion généralisée, nausées, vomissements, étouffement, perte de connaissance, etc. "Une mise en scène ou une manipulation de la part de l’opposition sont très peu probables."

Des incendies pour purifier l'atmosphère

La note rappelle également que "le régime a ensuite conduit des frappes terrestres et aériennes importantes sur les zones des attaques. Il s’est attaché à retarder l’arrivée des inspecteurs pendants plusieurs jours. Ces éléments confirment une claire volonté de destruction des preuves a posteriori. De plus, des militaires ont déclenché des incendies, qui visaient vraisemblablement à purifier l’atmosphère grâce au mouvement d’air généré", affirme le rapport.

Les renseignements français concluent leur analyse en affirmant que "l’opposition syrienne n’a pas les capacités de conduire une opération d’une telle ampleur avec des agents chimiques".

Première publication : 02/09/2013

  • SYRIE

    Attaque chimique : les résultats des tests de l'ONU connus d'ici deux semaines

    En savoir plus

  • SYRIE

    Assad menace de porter atteinte aux "intérêts de la France" en cas de frappes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Syrie : Barack Obama cherche à obtenir le soutien de l'influent John McCain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)