Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

Afrique

Aminata Touré, madame anti-corruption du Sénégal, désormais Premier ministre

© Mamadou Toure BEHAN / AFP | Aminata Touré en juin 2012

Vidéo par AITV

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/09/2013

Aminata Touré s’est taillée une belle popularité parmi les Sénégalais en moins d’un an à la tête du ministère de la Justice. La voilà propulsée Premier ministre, avec la confiance du président Macky Sall dont elle secondait la campagne électorale.

Aminata Touré est le genre de femme à annoncer elle-même aux journalistes sa nomination à la tête du nouveau gouvernement du Sénégal. Une femme à poigne, médiatique, qui a bâti sa réputation en parcourant les routes de son pays pour la campagne électorale de Macky Sall, en 2012, puis en dirigeant avec poigne le ministère de la Justice.

Garde des Sceaux entre avril 2012 et septembre 2013, Aminata Touré s’est taillé la réputation de madame anti-corruption du Sénégal. Elle s’est même mise à dos une partie de la haute société de Dakar en accélérant les dossiers judiciaires dans les affaires de "bien mal acquis". Cela s’est traduit par l'arrestation ou l’interpellation d'anciens ministres et des directeurs généraux de sociétés. Son ex-mari, l’ancien ministre Oumar Sarr, fait d’ailleurs parti des ex-dignitaires entendus par la gendarmerie. Sa campagne "anti-corruption" a permis le versement de 30 milliards de francs CFA au Trésor public. Elle a également supervisé l’arrestation de l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré, réfugié à Dakar depuis 1990.

Passée par la France et les États-Unis

Née en 1962 à Dakar, Aminata Touré part en France après son bac pour des études d’économie, avant de revenir au Sénégal pour travailler au sein de la Compagnie des transports publics de Dakar. En parallèle, elle goûte à la politique – elle a adhéré jeune à la Ligue communiste des travailleurs. Puis elle endosse une carrière dans l’humanitaire qui la mène de Dakar, au sein de l’Association sénégalaise pour le bien-être familial, jusqu’au Burkina Faso et à Abidjan où elle travaille pour le Fonds des Nations unies pour les populations (Fnuap).

Sa trajectoire aurait pu s’arrêter à New York, où elle est nommée directrice du département droit humain du Fnuap au siège de l’ONU, en 2003. Mais elle suit Macky Sall, sept ans plus tard, lorsque s’ouvre la possibilité de seconder sa campagne électorale.

Sa réputation est telle, relève le journal sénégalais "Sud Quotidien", qu’en juin dernier, lors d’un concert du chanteur Youssou N’Dour, elle est acclamée par la foule au moment où elle est appelée à monter sur scène. Popularité dont elle espère jouir aujourd’hui pour tenter de sortir le Sénégal d’une situation économique difficile.

Première publication : 03/09/2013

  • SÉNÉGAL

    Le président sénégalais Macky Sall limoge le gouvernement

    En savoir plus

  • En RDC, le M23 annonce un cessez-le-feu unilatéral

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Nommée Premier ministre, Aminata Touré a formé son gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)