Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début l'opération israélienne

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

FRANCE

Syrie : Hollande affiche sa détermination sans se prononcer sur un vote au Parlement

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/09/2013

Alors que François Hollande a affiché mardi sa détermination à ne pas laisser le régime syrien impuni face à l'utilisation d'armes chimiques, la classe politique française reste divisée sur la nécessité d'un vote au Parlement.

Lors d'une conférence de presse à l'Élysée, François Hollande a déclaré mardi 3 septembre qu'il était "sorti encore renforcé dans (sa) détermination" après la lecture dans le Figaro de l'interview du dirigeant syrien Bachar al-Assad. "Celles et ceux qui avaient des doutes sur les intentions de Bachar al-Assad ne peuvent plus en avoir, il parle de ‘liquider’ tous ceux qui ne sont pas d'accord avec lui", a souligné le chef de l'État.

Le président français a, en outre, déclaré que "toutes les dispositions" étaient prises pour faire face à ces menaces et qu'il s'adresserait à ses concitoyens lorsqu'il disposerait de tous les éléments en vue d'une éventuelle frappe contre la Syrie.

Prié de dire s'il soumettrait sa décision au vote du Parlement français, François Hollande a botté en touche et précisé que la France n'agirait pas seule si le Congrès américain, appelé à se prononcer sur des frappes militaires dans la semaine du 9 septembre, refusait son feu vert à Barack Obama.

"Si la décision n'était pas positive, alors la France n'agirait pas seule mais elle prendrait ses responsabilités, (y compris) en soutenant l'opposition en Syrie de manière à ce qu'une réponse soit apportée", a-t-il assuré aux côtés du président allemand.

L’UMP divisée sur le vote

Dans les rangs de l’opposition, les ténors de l’UMP pointent "l'isolement" de la France, lâchée par la Grande-Bretagne, fragilisée par la prudence des États-Unis et dans l'impossibilité de mener une action militaire privée de tout soutien de l'ONU, en raison des vetos russe et chinois. Ils réclament par ailleurs à François Hollande un vote du Parlement, à l'instar du Britannique David Cameron et de l'Américain Barack Obama. Certains députés vont même jusqu'à menacer de boycotter la séance de mercredi à l'Assemblée nationale.

Copé, l’allié inattendu de Hollande


Mais le premier parti d’opposition reste divisé sur le dossier syrien. Le président du parti, Jean-François Copé, généralement le plus prompt à dégainer contre le chef de l'État, s’est montré cette fois-ci le moins réticent envers une intervention militaire. Il s’est refusé à exiger un vote des parlementaires, estimant qu'organiser ou non une telle consultation était "le droit le plus absolu" du chef de l'État, chef des armées, adoptant ainsi une vision gaulliste classique des institutions de la Ve République. Un comité politique extraordinaire de l'UMP devait mardi tenter de clarifier les positions.

De son côté, le président de l'UDI, Jean-Louis Borloo, a été l'un des premiers à juger indispensable, en l'absence d'un feu vert de l'ONU, un scrutin au sein du Parlement. Sur le fond, il a fait preuve de scepticisme à la lecture de la note des services de renseignement français qui impute l'attaque chimique du 21 août au régime de Damas. Il s'agit de "raisonnement" et non de preuves, a-t-il estimé.

Marine Le Pen, pour sa part, a soupçonné le gouvernement de "construire des preuves" pour justifier une intervention déjà décidée. Le Front national, qui ne dispose pas de groupe parlementaire, n'a pas été convié à la réunion de lundi à Matignon.

Pour sa part, Jean-Luc Mélenchon, comme le Parti communiste, refuse toute intervention qui transformerait Paris en "supplétif" de Washington, et estiment qu'un vote du Parlement devrait aller "de soi".

Dans la majorité, les écologistes, s'ils approuvent le principe d'une intervention, réclament eux aussi l'organisation d'un vote, une position constante de leur part en telle situation. Les radicaux de gauche laissent à François Hollande le soin de décider ou non d'un vote.

Avec dépêches

Première publication : 03/09/2013

  • SYRIE

    Infographie : les puissances régionales divisées sur une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Syrie : Barack Obama gagne l'appui de l'influent John McCain

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)