Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : 1 mort, 25 blessés dans les manifestations

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le PS sans abri

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Carles Puigdemont : "La porte est ouverte pour dialoguer avec Madrid"

En savoir plus

LE DÉBAT

Accord sur le nucléaire iranien : la menace du retrait américain ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Accord sur le nucléaire iranien : la menace du retrait américain ?

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

SPORT

Première participation du Qatar aux Jeux de la Francophonie

© Jeux de la Francophonie

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 06/09/2013

La 7e édition des Jeux de la Francophonie s’ouvre samedi 7 septembre à Nice. Pendant neuf jours, 3 000 jeunes athlètes et artistes francophones représentant 55 pays s’affronteront dans des épreuves sportives et culturelles.

Après le Liban en 2009, la France accueillent à Nice jusqu’au 15 septembre prochain le plus grand rassemblement de la jeunesse francophone. Cinquante-quatre pays issus des cinq continents sont représentés lors de ces 7e Jeux de la Francophonie. "On ne doit pas rater ce rendez-vous", a prévenu sur FRANCE 24 la ministre déléguée chargée de la Francophonie, Yamina Benguigui qui s’est dite "fière d’accueillir ces Jeux en France."

Cette 7e édition sera l’occasion de voir à l’œuvre 24 sportifs qataris engagés dans quatre disciplines (athlétisme, lutte, tennis de table et judo). C’est la première fois que le Qatar, nouveau membre associé au sein de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), participe aux Jeux de la Francophonie. Une présence qui peut surprendre. L'admission de l’émirat directement comme membre associé, décidée lors du dernier sommet de la Francophonie en octobre 2012 à Kinshasa, avait fait jaser. La polémique portait à l’époque sur la légitimité du Qatar, qui n'est pas un pays francophone, à entrer dans l’OIF.

Sport et culture au programme

Inspirés par ceux du Commonwealth, les Jeux de la Francophonie sont nés de la volonté des chefs d’état et de gouvernement ayant le français en partage de créer une solidarité au sein de la jeunesse francophone. "Au-delà du sport, du concours et de la performance, ce rendez-vous est celui de la jeunesse francophone", a ainsi souligné Yamina Benguigui. "J’ai une pensée pour nos jeunes qui cette année, dans de nombreux pays de l’espace francophone (Mali, Centrafrique, RDC, Haïti, Égypte, Tunisie) ont beaucoup revendiqué, douté, souffert pour défendre la démocratie et la paix. Ces Jeux de la Francophonie 2013 leur sont dédiés."

Organisés tous les quatre ans, dans l'année post-olympique, ces Jeux ont à leur programme à la fois des épreuves sportives et culturelles. Le choix est varié avec huit compétitions sportives individuelles (athlétisme, handi-athlétisme, judo, lutte libre et lutte africaine, tennis de table), ou collectives (basket-ball féminin, football masculin moins de 20 ans).

Mais également 12 concours culturels avec des arts de la rue (hip-hop, marionnettes géantes et jonglerie), des arts visuels (peinture et sculpture) et aussi des épreuves de danse de création, de chanson, de conte, de littérature ou encore de photographie. Ainsi, plus de 3 000 participants et artistes sont attendus à Nice.

"Je ressens un peu d'excitation et beaucoup de stress car cette année c’est ma première compétition officielle", a déclaré sur RFI la sprinteuse des Seychelles Joanne Lou-Toy. Pour le Burkinabè Gérard Kobeané, présent aux Jeux Olympiques l’an dernier, "les Jeux de la Francophonie sont très populaires. C’est une fierté et une lourde responsabilité de représenter le pays."

La délégation française sera elle emmenée par deux porte-drapeaux niçois : la nageuse et championne olympique Camille Muffat et le chef d’orchestre prodige, Lionel Bringuier. À noter que François Hollande présidera la cérémonie d’ouverture le 7 septembre place Masséna à Nice. 

Première publication : 03/09/2013

  • LITTÉRATURE

    Le Grand Prix de la Francophonie remis à l'écrivain algérien Boualem Sansal

    En savoir plus

  • Promouvoir le français en Afrique du Sud

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)