Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

FRANCE

Rentrée scolaire en France : quoi de neuf cette année ?

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/09/2013

Mardi, 12 millions d'élèves français retrouvent les bancs de l'école. Il s'agit de la première rentrée orchestrée par le gouvernement Ayrault qui renoue avec les créations de postes et la semaine de 4,5 jours dans le primaire.

C'est "la première rentrée de la gauche", celle de la "refondation" après des "années d'attaques cruelles contre l'école", a affirmé le ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, lundi 2 septembre. Quelles sont les nouveautés de la rentrée pour les 6,7 millions d'écoliers, 3,3 millions de collégiens et 2,13 millions de lycéens cette année ? Revue de détails. 

  • De nouveaux postes

Près de 8 200 postes d'enseignants ont été créés pour cette rentrée dans les établissements publics et privés sous contrat sur les 60 000 promis par le président français, François Hollande, sur le quinquennat.  Pour lutter contre l'échec scolaire, l'accent est mis sur le primaire. Environ 400 postes ont été alloués pour la scolarisation des moins de 3 ans et 1 000 pour le "plus de maîtres que de classes".

Ce sont souvent les mêmes élèves "qui arrivent avec des difficultés d'apprentissage en sixième et qu'on retrouve dans les redoublements, puis qui décrochent", a rappellé Vincent Peillon. Leur visibilité sera toutefois réduite par l'arrivée de 60 000 élèves supplémentaires. Environ 80 000 postes ont été supprimés sous la droite.

  • La réforme des rythmes scolaires

Près d'un quart des écoliers du public sont concernés par le retour à la semaine de 4,5 jours en primaire. Supprimée en 2008 par la droite, elle permet d'alléger les journées de classe et vise à lutter contre les inégalités sociales, en donnant à tous les enfants l'accès à des activités périéducatives (artistiques, culturelles, sportives, etc.).

Mais en raison du coût et des problèmes d'organisation, la plupart des communes ont décidé d'attendre septembre 2014. Des enseignants et des parents estiment que le rétablissement de la demi-journée leur compliquera la vie et entraînera des frais (transports, etc.).

Paris, une des rares grandes villes à se lancer dès cette rentrée, va être très regardée. François Hollande et plusieurs ministres se rendent dans la matinée dans une école de Denain (Nord) pour évoquer cette réforme.

  • Une "charte de la laïcité"

En attendant l'instauration de l'enseignement de la "morale laïque" à l'école, une "charte de la laïcité" va être affichée dans tous les établissements publics d'ici fin septembre. Elle rappellera "les principes", a expliqué le ministre de l'Éducation nationale. Et notamment que "chacun est libre de ses opinions. Mais pas de contester un enseignement ou de manquer un cours", notamment au nom de ses préceptes religieux. Le texte complet sera connu à la mi-septembre.

Avec dépêches
 

Première publication : 03/09/2013

  • FRANCE

    La ministre Fleur Pellerin veut ouvrir une école pour former de futurs patrons

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un homme se suicide dans une école parisienne devant plusieurs enfants

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les écoles de Paris se mobilisent contre la réforme des rythmes scolaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)